Ico Chamois d"or
Ico Polémiquons
Ico Le saviez-vous ?
Ico Dossier
Ico Club de lecture
Ico Le Petit Geste du Jour
Ico Réseau
Ico Messagerie
Ico Navigateur
Ico Système
Ico Multimedia
Ico Divers

A bas le 'c'est pratique'

Date 06/03/2018
Ico Polémiquons
Comms 1 commentaire
Où les souris vertes préfèrent se compliquer un peu la vie plutôt que de gâter celle de la planète


"Voile de lune -

Une grenouille

Trouble l'eau et le ciel"


Yosa Buson (1716-1783) 


Nous nous contentons aujourd'hui d'un petit article tout en polémique et à teneur en information et autres gestes salutaires excessivement tenue, voire inexistante. C'est qu'une saine révolte gronde dans la rédaction des Souris Vertes, avec la proverbiale goutte d'eau qui n'en finit plus de faire déborder le vase partout sur notre beau tapis. Comment ne pas être exaspéré, en effet, quand une moitié de l'humanité passe le plus clair de son temps éveillé à inventer de nouvelles manières pour l'autre moitié de gaspiller toujours plus de ressources au nom d'un confort dont on se demande bien le sens qu'il a encore ? Peut-on être encore plus confortable que confortable ? Toujours plus douillet du doigt de pied ? Encore moins actif qu'une carpe dans un cours d'eau gelé ?


Non, il est temps enfin de tordre le cou à toutes ces fausses bonnes idées que l'on nous vend chaque jour comme des innovations technologiques et qui ne sont que de pâles verroteries, dont tout ce qu'on pourra en dire pour justifier leur existence et leur gaspillage inhérent sera "c'est pratique". Bannissons vite cette expression de notre vocabulaire, car elle signifie le plus souvent "merci pour ce surcroît de confort inutile et dont je me passais bien, mais qui va me permettre d'économiser quelques maigres efforts au prix d'un gaspillage de ressources que je peux oublier tranquillement". Alors, c'est pratique, vraiment ? La porte qui s'ouvre sans poignée quand vous approchez ? La lumière qui s'allume sans qu'on lui demande ? Le téléphone qui décroche quand on cligne de l'oeil droit ? Les toilettes qui se vident toutes seules quand je me relève du siège ? On n'arrête pas le progrès, décidément, ma bonne dame, mais aujourd'hui les souris vertes disent NON à toutes ces fadaises, et sans prendre de gants. Non mais !



Le confort, toujours et partout, ou le principe du moindre effort


Ah qu'il est doux de se laisser bercer par le ronron des petites machines qui travaillent pour nous. Nous pouvons désormais nous dispenser de penser, d'observer, de mémoriser, de nous déplacer par nos propres moyens, car une armée d'ordinateurs et de machines occupent leurs journées à le faire à notre place. Si l'on aime à s'esbaudir des innovations incroyablement modernes qui parsèment notre époque en révolutionnant chaque jour davantage le réel, on pourra admirer la magnifique extension de l'"innovation pratique" à absolument tous les domaines et toutes les dimensions. Quoique vous souhaitiez améliorer ou quel que soit le geste dont vous souhaitez vous dispenser, il y aura toujours un appareil pour le réaliser à votre place. Ah, une souris mutine sur mes pieds me fait remarquer qu'on n'a pas encore inventé une machine pour essuyer nos fesses à notre place aux toilettes. Eh bien, je dis que ça n'est pas certain, je ne parierais pas que quelqu'un n'ait pas déjà pensé à faire bénéficier l'humanité de cette amélioration bouleversante, et si ça n'est pas le cas, gageons que cette erreur sera bien vite rattrapée.


Pourtant les humains comme les souris vertes sont-ils réellement faits pour une vie de végétativité lascive ? Sommes-nous bien adaptés à un quotidien de prelassement douillet, où de tout notre corps, seul notre oeil parcourt quelques millimètres, et un ou deux doigts s'agitent de temps à autre ? En vérité l'expérience de l'immobilisation due à une blessure ou à une maladie devrait nous persuader que lorsqu'une partie de notre corps n'est pas sollicitée, elle finit par s'atrophier jusqu'à devenir totalement inutilisable. Ce petit confort que nous nous octroyons donc quotidiennement, comme celui de prendre un escalator au lieu d'un bête escalier par exemple, loin d'être un bienfait qu'on nous dispense généreusement, est une belle occasion manquée d'exercer notre faculté de marcher librement et, à plus long terme, de conserver notre autonomie de déplacement et une forme physique minimale.


C'est la raison pour laquelle tant de gens éprouvent d'ailleurs le besoin de compenser par une activité sportive parfois frénétique ces longs moments d'inactivité corporelle, subis quotidiennement au travail ou dans les déplacements, mais surtout infligés dès que possible à notre nous-même consentant, au moindre inconfort constaté (selon l'échelle de notre époque). Mais, plutôt que de devoir nous dépenser toujours plus ardemment quelques poignées de minutes par semaine, il serait peut-être plus simple d'arrêter de nous économiser tout le temps non ? Porter soi-même ses courses ou ses affaires, se garer plus loin, voire pas du tout, pour marcher autant que possible, faire ces millions de petits gestes pas bien épuisants mais qui nous maintiennent en activité et en éveil ?


Si l'on pense aux conditions de vie des générations précédentes, qui certes n'étaient pas l'idéal de la félicité sous un ciel rose et ouaté, et que l'on les rapporte à la tendance présente à trouver que tourner une clé dans une serrure ou appuyer soi-même sur un interrupteur constitue déjà un effort à déléguer d'urgence à un système électronique, il est tout de même permis de s'interroger sur l'hallucination collective numérisée qui nous fait préférer utiliser des ressources et de l'énergie en quantités considérables pour des améliorations de qualité de vie aussi risibles que des robinets qui coulent tous seuls quand on passe la main devant ou des phares qui s'allument automatiquement quand il fait sombre. N'était-ce déjà pas une aubaine incroyable qui nous ayons à disposition de l'eau ou de la lumière à volonté par un simple geste, faut-il encore en rajouter une couche de capteurs pour anticiper notre désir, et gaspiller gaiement en surplus de joyeuses minutes d'eau qui coule sans usage ou de lumière qui s'allume sans qu'on en ait besoin ?


Ne pensons pas, d'ailleurs, que les facultés cognitives échappent à la règle du je-m'atrophie-quand-on-ne-m'utilise-plus, et qu'elles vont se tenir gentiment à disposition même si nous renonçons à les employer le plus souvent possible. La mémoire, la réflexion, la capacité d'observation sont des facultés qui demandent un exercice quotidien pour se maintenir. Alors oui, si nous souhaitons devenir raides comme des robots et encore moins intelligents que nos cartes à puce, nous avons sans doute trouvé la bonne recette : laissons nous guider sans aucune distance vers toujours plus de bonheur appareillé et toujours moins d'effort physique et mental si vulgairement rétrograde.



L'innovation "bien pratique" ou comment se compliquer la vie pour rien


Surtout que derrière leurs dehors débonnaires de gentillesse sucrée toute à notre intention, ces petits riens si pratiques qu'on nous saupoudre délicatement sont à la fin des fins une manière bien perverse de nous pourrir la vie. Car la promesse n'est pas toujours au rendez-vous, mécanique en carton et capteur indigent oblige. Combien de fois avez-vous vu un robinet, un interrupteur mural ou une poignée de porte tomber en panne ? En revanche, son équivalent tout numérisé aura des vapeurs régulièrement et seulement quelques semaines après son installation, ce qui fait qu'on sera bien marron du confort supplémentaire s'il faut se déplacer à tâton car la lumière automatique ne s'est pas déclenchée.


Autrement dit, nous avons remplacé une invention parfaitement simple et entièrement mécanique, qui couvrait 99,99% de notre besoin, par une version numérique prompte à l'erreur, et bien sûr impossible à réparer par nos propres moyens, pour gagner ce petit centième de pourcent de confort dont il aurait été insupportable de ne pas bénéficier immédiatement.


Pire, comme nous nous reposons sur nos petites consciences numériques pour analyser les situations à notre place, leur absence momentanée nous permettra de commettre des Grosses Bourdes, comme ces gens qui emboutissent des voitures en comptant sur leur radar de recul, brusquement aux abonnés absents, voire ceux qui vont mourir silencieusement dans le désert où ils s'aventurent en voiture sur les conseils d'un GPS audacieux. Quand la technologie qui ne sert à rien nous met en plus en danger, on atteint des sommets d'inanité moderne, ou de modernité inane, même si sans doute aucune de ces deux expressions n'a de sens.


Mais encore, me font remarquer les souris, tout ceci ne serait qu'une affaire de choix personnel si cela n'avait d'autre conséquence que sa propre transformation en légume ou en grand blessé. Mais c'est que ceux qui utilisent ces merveillent ne sont pas seuls dans cette affaire, oh que non, et font par un rebond généreux des autres habitants de la planète leurs compagnons d'infortune.



Quand ce qui est pratique pour certains l'est moins pour le reste du monde


Eh oui, comme dans tout bon article des Souris Vertes, le hic n'est pas là où on l'attend, et à vrai dire il ne nous chaut que très peu de savoir que certains de nos prochains préfèrent énoncer un borborygme quelconque pour allumer leur chaîne hifi, plutôt que d'attraper une télécommande ou même, comble de ringardise, de se lever pour appuyer sur le petit bouton de l'appareil prévu à cet effet. Enfin, en théorie, car la numérisation rampante de toutes nos activités quotidiennes a un effet sur la consommation de ressources primaires et la pollution mondiale absolument vertigineux.


Comme nous l'avons déjà évoqué dans un excellent article consacré à l'automobile, c'est par exemple 40% du coût du véhicule qui revient à l'informatique embarquée désormais, et les fabriquants de composants électroniques se frottent à l'avance les mains de voir les besoins en processeurs et autres capteurs dépasser par ce marché naissant celui des ordinateurs, tablettes et autres téléphones intelligents, une industrie déjà pas vraiment réputée pour ses services rendus à l'écologie mondiale. Or, disons-le nettement, aucune révolution de la locomotion n'a été opérée dans ce déluge d'innovations "si pratiques", les voitures d'aujourd'hui se déplaçant peu ou prou, et au même coût environnemental et social, de la même manière qu'il y a un siècle. Donc, à part le droit de ne pas régler manuellement votre siège ou votre rétroviseur, de ne pas tourner de poignée pour ouvrir une fenêtre, et de subir des bips aigus dans votre habitacle à tout bout de champ, on voit mal de quelle amélioration fondamentale tout ce gaspillage d'intelligence, de ressources et d'énergie participe.


Autre exemple qu'une souris de la rédaction des Souris Vertes a ouï récemment lors d'une émission de radiodiffusion françoise, celui des beaux écrans lumineux commerciaux que l'on dispense désormais partout où c'est possible. En plus d'une pollution lumineuse parfaitement intolérable, et du fait qu'il est très difficile d'éviter leur contact oculaire tant le mouvement et la lumière qu'ils diffusent attirent l'oeil du chaland comme un aimant, ces charmants dispositifs ont la particularité de consommer chacun autant d'énergie que deux familles françaises raisonnablement confortables, une norme déjà bien élevée à l'échelle mondiale. Et pour quel service rendu ? La publicité par panneau géant, odeurs artificielles et autres agressions sonorisées de l'espace public à des fins commerciales de dépense collective ne suffisait manifestement pas à notre bonheur, il fallait franchir un pas supplémentaire d'urgence. Que quelques lunatiques se lancent dans une telle aventure en croyant qu'elle est un bienfait pour l'humanité, il n'y a rien là de surprenant, mais qu'il se trouve une filière industrielle de production, de transport, de réparation de ces machines inutiles, plus des dizaines de milliers d'élus locaux, de gérants de magasins, de dirigeants d'entreprises, d'associations pourquoi pas, pour les installer ensuite et les infliger au Grand Public, voilà qui nous laisse rêveur aux souris vertes.


Bref, pour synthétiser et passer sans attendre à la conclusion de notre petit article du jour, disons tout net que cette petite économie de geste, cette petite innovation qui semble si bénigne alors qu'elle est tout naturellement "bien pratique", cette petite indulgence que nous nous faisons si régulièrement, nous la faisons aux dépens du reste de l'humanité et des autres vivants de la planète. Rien que ça. Car ces ressources que nous gaspillons sans vouloir les regarder, ces pollutions que nous engendrons silencieusement, sont bien réelles, et souvent d'une échelle pas du tout anecdotique ou négligeable, comme on voudrait le sous-entendre par des discours bonhommes ou des petits sourires de connivence qui semblent dire "bon d'accord, c'est peut-être un peu gadget de vouloir allumer mon ordinateur avec mon téléphone portable, mais c'est rigolo et ça ne fait de mal à personne, non ?". Il n'est pas certain que les ours polaires et les habitants des régions sinistrées par les catastrophes climatiques partagent notre amusement désinvolte.


Pour une éthique sympathique du pas pratique


Bien, bien, une fois ce désolant constat admis et répété, que nous reste-t-il à faire si ce n'est sauter du haut d'un pont ? Surtout retenez votre geste, lecteurs malheureux, car la cause est loin d'être perdue en la matière. C'est que tout les fabricants de camelote et de faux bonheur numérique ont besoin de notre complicité pour écouler leurs stocks, il est donc tout à fait possible de leur rendre la vie dure en refusant d'utiliser leurs petits gadgets dispendieux.


Il s'agit donc, partout et tout le temps, de réhabiliter une éthique simple du petit geste que l'on fait soi-même,  de sa petite part d'autonomie que l'on réaffirme à la face du monde marchand et gaspillatoire. Dès que possible, on ouvre soi-même sa porte, on emprunte les escaliers, on fait les 3 pas qui nous séparent de notre but, on passe à l'improviste plutôt que de téléphoner. On dédaignera aussi toutes les confiseries numériques que l'on nous sert quotidiennement pour adopter la technologie là où elle sert vraiment à quelque chose ; montrons ainsi un peu de respect pour les véritables progrès, crénom di diou.


Et surtout, surtout, surtout, on bannira dare-dare de notre vocabulaire cet adjectif "pratique", si vague, informe et sans objet. On le remplacera au choix par mignon, gentil, rigolo ou sourisesque. Toute idée qui ne peut pas accueillir un de ces adjectifs ne mérite même pas d'être discutée !


Sur ce, bon vent à tous jusqu'à la prochaine fois, sous un tonnerre d'applaudissements de souris !



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Les souris vertes ont lu pour vous : l'économie symbiotique, d'Isabelle Delannoy
> Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
> Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
> Mes données dans le cloud : écologique ou pas ?
> L'inquiétant mariage de la science et du numérique
 

Mot-clefs de ce billet...
Vile polémique

Commentaires


Cédric   26/08/2018 16:20:57
Bonjour et merci pour cette analyse que je partage

En tant que technophile repenti, je suis de plus en plus désespéré par l'usage qui est fait des technologies numériques par ou pour le grand public. Tant d'intelligence et d'ingénierie mis au service d'un abrutissement lent. Votre article met des mots sur un ressentiment qui grandit chez moi depuis plusieurs années, et qui se confirme. Il met aussi des mots sur ce que je peux entendre autour de moi lorsque j'exprime ce ressenti.

Au plaisir de vous lire pour aller de l'avant sur tout cela et redonner du sens

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Des Souris Vertes

Derniers billets

Polémiquons   06/03/2018
A bas le 'c'est pratique'
Le Petit Geste du Jour   04/02/2018
Le Petit Geste Du Jour : je me dirige sans GPS
Club de lecture   21/01/2018
Les souris vertes ont lu pour vous : l'économie symbiotique, d'Isabelle Delannoy
Le Petit Geste du Jour   05/01/2018
Les 5 gestes totalement vraiment incontournables de l'écologie numérique
Le Petit Geste du Jour   22/12/2017
Le Petit Geste de Noël : je ne renouvelle pas ma panoplie numérique
Dossier   16/12/2017
La Programmation Responsable (6) : des sites webs écologiques tu concevras
Dossier   07/12/2017
La Programmation Responsable (5) : les structures de données tu maîtriseras
Dossier   28/11/2017
La Programmation Responsable (4) : de spammer ta base de données tu cesseras
Dossier   18/11/2017
La Programmation Responsable (3) : de déléguer la programmation tu éviteras
Dossier   04/11/2017
La Programmation Responsable (2) : de ricaner en cours d'algorithmique tu arrêteras
Le Petit Geste du Jour   24/10/2017
Le Petit Geste Du Jour : je nettoie ma boîte de messagerie
Dossier   16/10/2017
La Programmation Responsable (1) : Ce dossier tu liras
Réseau   05/10/2017
Mes données dans le cloud : écologique ou pas ?
Dossier   26/09/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (8) : J'apprends à reconnaître et changer le matériel
Le Petit Geste du Jour   10/09/2017
Le Petit Geste De La Rentrée : j'arrête le streaming
Divers   25/05/2017
Les souris vertes s'invitent à la radio
Le Petit Geste du Jour   20/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
Dossier   11/05/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (7) : Je réinstalle mon système tout seul comme un grand
Le Petit Geste du Jour   06/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'écris un haïku pour me détendre
Divers   14/04/2017
Cultiver l'attente...
Club de lecture   25/03/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : la convivialité d'Ivan Illich
Le Petit Geste du Jour   09/03/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'enlève la signature automatique des messages
Polémiquons   27/02/2017
L'inquiétant mariage de la science et du numérique
Dossier   17/02/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (6) : J'adapte mon système à mes besoins
Club de lecture   12/02/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : une question de taille, d'Olivier Rey
Le saviez-vous ?   21/01/2017
Le saviez vous ? La voiture est un ordinateur sur roues
Dossier   10/01/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données
Dossier   30/12/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (4) : Je nettoie Windows à grands jets
Polémiquons   23/12/2016
Le Petit Geste de l'Année : je ne commande rien d'électronique au père noël
Le Petit Geste du Jour   11/12/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise un bloqueur de publicités
Dossier   27/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (3) : J'apprends à ne pas polluer mon ordinateur
Dossier   14/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
Dossier   05/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (1) : les souris vertes à la rescousse
Le Petit Geste du Jour   23/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise le mode avion même à pied
Système   16/10/2016
L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
Le Petit Geste du Jour   02/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : je gère la durée de vie de ma batterie
Club de lecture   17/09/2016
Les souris vertes ont lu pour vous : l'âge des low tech, de Philippe Bihouix
Système   21/08/2016
J'apprends à gérer mes mots de passe
Le Petit Geste du Jour   08/08/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'arrête d'inclure les messages quand je réponds
Polémiquons   30/07/2016
Ecole et numérique font-ils bon ménage ?
Le Petit Geste du Jour   19/07/2016
Le Petit Geste du Jour : j'arrête d'écrire mes mails en HTML
Chamois d"or   10/07/2016
Le saviez vous ? Il est possible d'être informaticien sous Windows sans se pendre
Messagerie   04/07/2016
L'incarnation du mal : la pièce jointe dans les mails
Le Petit Geste du Jour   26/06/2016
Le Petit Geste Du Jour : Je réduis la luminosité de mon écran
Divers   18/06/2016
Stop à l'imprimante jetable
Dossier   12/06/2016
Grandeurs du monde numérique (6) : Réseaux en folie
Le Petit Geste du Jour   05/06/2016
Le Petit Geste du Jour : j'éteins ma box quand je ne m'en sers pas
Le saviez-vous ?   31/05/2016
Le saviez-vous : Google n'est pas le seul moteur de recherche ?
Dossier   25/05/2016
Grandeurs du monde numérique (5) : Dans la jungle des écrans
Le Petit Geste du Jour   20/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je mets mes sites favoris... en favoris
Le Petit Geste du Jour   15/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je change la page de démarrage de mon navigateur
Dossier   14/05/2016
Grandeurs du monde numérique (4) : Les spectaculaires performances des jeux vidéos
Le saviez-vous ?   12/05/2016
Le saviez-vous : à quoi sert l'économiseur d'écran ?
Dossier   08/05/2016
Grandeurs du monde numérique (3) : Monsieur Herz mesure la solitude du processeur
Dossier   06/05/2016
Grandeurs du monde numérique (2) : Octets et compagnie, les rois du stockage
Dossier   05/05/2016
Grandeurs du monde numérique (1) : c'est gros, c'est petit ?
Divers   04/05/2016
Les souris partent à l'aventure


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Des Souris Vertes
> Polémiquons
> A bas le 'c'est pratique'
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄