Ico Chamois d"or
Ico Multimedia
Ico Système
Ico Navigateur
Ico Messagerie
Ico Réseau
Ico Le Petit Geste du Jour
Ico Club de lecture
Ico Dossier
Ico Le saviez-vous ?
Ico Polémiquons
Ico Divers

Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données

Date 10/01/2017
Ico Dossier
Ico Système
Comms 0 commentaire
Où les données ne sont pas perdues, non non



"Il a perdu son chapeau

L’épouvantail

Il a perdu la face"


Yosa Buson (1716-1783)


On poursuit aujourd'hui notre fantastique dossier avec un article qui va nous permettre de réfléchir sur le sens de la vie, notre place dans l'univers, et plus particulièrement sur cette peur incontrôlable de la perte du soi qui nous glace le sang. Comment, en effet, expliquer autrement notre hystérie instinctive à l'idée de perdre notre - insérer ici l'appareil de votre choix - qui contient bien plus que notre carnet d'adresses, nos photos, nos messages, mais bien la substance même de notre moi profond, notre identité secrète enfin numérisée ?


En conséquence, il sera parfaitement intolérable, voire vu comme une violation élémentaire à la liberté d'exister, de demander à une majorité de la population de délaisser ne serait-ce qu'une minute son - ici le même que précédemment, ou bien un autre si vous êtes multi-récidiviste de l'attachement électronique -, et bien plus encore d'envisager sereinement sa perte irrémédiable. C'est pourquoi nous nous attelons à la tâche salutaire d'essayer d'accéder à l'immortalité numérique, rien que ça, et de ne jamais perdre ces octets si précieux qui nous définissent autant que nos paires de chromosomes.


Nous avons vu, voyons et verront encore bien des astuces pour maintenir en vie le plus longtemps possible nos petits appareils préférés, mais il faut s'avouer que même la plus habile souris verte ne pourra pas déjouer les lois de la nature et empêcher la mort ultime du matériel que vous utilisez. Pour vaincre le destin, il nous faut donc utiliser la parade bien connue des livres de science-fiction : transmutation ! réplication !  On jette ce vieux corps rabougri pour réinjecter notre esprit dans un nouveau corps d'adolescent prêt à nous faire connaître à nouveau les joies de la vie jeune et en bonne santé. Plus simplement, dans le domaine numérique, on se contentera de reprendre un nouvel - encore votre appareil préféré, mais vous avez le droit de choisir une version improbable ou pas encore existante pour rêver un moment - qu'on mettra sous perfusion pour lui réinjecter le contenu de l'ancien. Mais quel contenu donc ? C'est tout l'enjeu de cet article.


La plupart des gens se désespèrent de voir leur système lent, plein de sales virus malodorants, parfois même rebelle à ce qu'ils essaient de lui faire faire, et en concluent immédiatement qu'il faut vite remiser l'ensemble à corbeille. Pourtant qui se soucie du système réellement ? Est-ce vraiment ces fichiers qui gèrent les menus, la barre des tâches, les programmes même que nous souhaitons conserver comme la prunelle de nos yeux ? Certainement pas, et il y a fort à parier que vous avez déjà usé un certain nombre de systèmes d'exploitation dans votre longue carrière d'utilisateur patenté, voire que vous en utilisiez un nombre important sans même vous en rendre compte (téléphone, tablette, GPS, drone souris, etc). Le système donc, on s'en contrefiche, on peut et on doit même pouvoir le réinstaller ou le changer en un tournemain ; mais si l'on s'accroche désespérement à lui et que l'on ne veut pas qu'il s'en aille, non, surtout pas, c'est parce qu'il contient nos précieuses données.


Et ce sont bien nos données personnelles que nous devons conserver, recopier, entourer d'affection et de sollicitude, celles que nous ne voulons surtout pas perdre même si un raz-de-marée s'abat sur notre jardin. Evidemment, pour que ceci soit rendu possible, il va tout de même être nécessaire de bien distinguer de quoi elles sont faites ; si tout est incrusté dans le système, avec aucune notion de ce qui est vraiment unique et important, autant dire qu'on ne pourra rien faire pour vous sauver si le système se met à tanguer fébrilement. Nous allons discuter tout cela en détail, mais commençons d'entrée de jeu par quelques Bons Conseils bien sentis qui s'appliqueront au nord, au sud, à la montagne et au bord de mer, bref quelles que soient les données que vous souhaitez garder.



Bien suivre la partition


Un premier pas tout simple, mais qui va nous rendre pas mal de services ensuite, va être d'isoler nos données du reste du système. Je réponds tout de suite à la souris verte à lunettes que non, je ne définis pas encore ce que j'entends pas données, pour le moment on reste vague et consensuel pour ne pas se perdre dans des considérations existentielles profondes, et ça n'est pas la peine d'insister, ah mais vraiment. Pourquoi donc s'embêter à mettre un peu d'ordre dans le fourbi, et mettre nos petits objets à nous à part du système ? C'est bien simple, même si vous connaissez sur le bout des doigts le système d'exploitation que vous utilisez, après un certain temps et plusieurs dizaines d'applications installées, vous serez bien incapable de dire si le fichier x ou le répertoire y vous appartient en propre, et encore plus à la question corollaire : est-il indispensable pour faire fonctionner le système si vous devez le réinstaller ?


Bref, une seule solution si on souhaite anticiper le gros mal de crâne que nous vaudra le fait de devoir ranger notre chambre une fois que ce sera le Bazar Généralisé, on met tout ça dans un coin bien propre et bien secret, là où personne d'autre que nous n'aura l'idée d'aller fourrer ses gros doigts. Très généralement, les systèmes d'exploitation modernes essaient de vous faire adopter ces pratiques en vous fournissant des emplacements codifiés comme 'Mes documents', 'Mes images', 'Mes Super Photos de Vacances', mais comme justement ces emplacements sont connus de tous, il se trouvera généralement des applications peu scrupuleuses qui viendront y ranger leurs petites affaires, voire pour les plus indélicates y regarder un peu ce qui vous y avez placé.


Tout ceci ne nous convient donc pas, il nous faut nous faire une nouvelle place au soleil. D'autant que cela ne lève pas un inconvénient majeur : si vous mettez vos données sur le même disque que le système, elles vont disparaître irrémédiablement si vous devez réinstaller ledit système. Et vous aurez également bien du mal à y accéder s'il est corrompu. Le mieux, et la seule vraie solution même, est donc d'y aller franchement et de prévoir tout de suite deux emplacements bien distincts : un disque pour le système (celui-là, on peut le jeter quand on veut), un disque pour les données que l'on garde et sauvegarde. Cela permet également de mieux contrôler ce qu'on stocke, de mieux ranger les choses, bref cette approche magnifique n'a que des qualités.


Mais comment donc faire donc, me demanderez-vous (vous pourriez faire un effort pour mieux construire vos questions, cela dit, l'angoisse n'excuse pas tout), si l'on ne possède qu'un seul disque dur, ce qui est malheureusement le lot commun de la plupart des appareils portables ? Tsk tsk, ceci est tout de même une violation assez grave du savoir-vivre numérique, il faut que vous en ayez conscience. En vérité, vous devriez toujours acheter un appareil qui vous permet d'avoir deux disques, qu'il s'agisse d'une carte mémoire supplémentaire pour les téléphones par exemple, ou d'un deuxième disque dur sur un ordinateur portable. Alors oui, il y a assez peu de modèles qui proposent ce type de choix, eh bien maintenant vous avez enfin un critère pour choisir en dehors du design ultramoderne et de la note d'ergonomie de YoupiNumérique.fr. Pour les ordinateurs portables, vous vous en sortirez toujours en ayant avec vous une clé usb ou un disque dur externe, mais franchement c'est pénible d'avoir toujours à les transporter, sans compter un peu dispendieux en énergie d'alimenter en permanence ces périphériques externes, donc l'idéal sera toujours d'avoir deux disques, si si. En plus cela permettra d'avoir un disque plus petit, mais plus performant, pour le système d'exploitation qui travaille souvent, et un bon gros disque de stockage rustique pour mettre nos données.


Donc si vous avez deux disques, tout va bien, disque Z pour le système et disque W' pour les données, hop là, paragraphe suivant. Mais que se passe-t-il pour les deux cent milliards d'invididus qui ont acheté sans se soucier un appareil qui ne permet pas cette magnifique combinaison ? Dans ce cas, on va tout simplement éclater notre disque unique en petits bouts. Paf pif. Enfin sans y aller trop fort quand même. Nous allons faire ce que l'on appelle un partitionnement, c'est-à-dire une opération qui permet de dire au système de considérer votre disque comme une collection de disques plus petits. Ceci ne vous sauve pas de la panne de disque, qui si elle se produit vous fait tout perdre d'un coup, mais par contre c'est radical pour le système d'exploitation qui, lui, n'y verra que du feu et ne se permettra jamais d'écrire sur une partition qui n'est pas la sienne propre sans autorisation expresse. On peut même utiliser ce petit mécanisme pour faire cohabiter plusieurs systèmes sur un même disque dur, oui, hop je partitionne en quatre et me voilà avec un système Windows, un système Linux, un système Android pourquoi pas, et ma partition de données. Et tous les systèmes peuvent accéder aux données, au passage. Sympathique, non ? Bon ça reste un peu compliqué à configurer, donc on ne s'étendra pas sur ces merveilleuses possibilités.


Pour les téléphones, tablettes et autres appareils formidables où on ne vous laisse rien faire tout seul de vraiment utile, vous passerez votre chemin, et vous subirez le fait de n'avoir qu'une partition unique et tout en vrac, mais comme de toute manière vous n'avez aucun droit d'administration sur votre appareil, oui je sais c'est un comble, vous devrez faire avec si vous n'avez pas d'accès à une carte mémoire supplémentaire pour ranger vos données proprement dans un coin.


Pour les ordinateurs, en revanche, on peut partitionner gaiement si ça n'est pas déjà prévu par défaut, certains fabricants vous installant votre disque déjà prêt à accueillir séparément système et données, même si la plupart des gens l'ignorant, ils auront soigneusement délaissé la partition supplémentaire pour tout mettre dans le gros tas commun. Si vous avez le malheur d'être sous Windows, vous devrez impérativement utiliser l'utilitaire de partition de disque fourni par le système, sous peine de vous retrouver avec un tas de misères si vous modifiez la taille de la partition qui contient le système sans lui demander son avis. Pour tous les autres cas, et même pour Windows tant que vous ne touchez pas à sa partition système (vous pouvez à loisir éclater ou agréger les autres partitions sans toucher à celle qui contient Windows), vous pourrez utiliser Gparted, un utilitaire open-source et multi-plateforme drôlement gentil qui fait tout ce qu'il faut et bien plus encore.


Autant vous prévenir tout de suite, le partitionnement est une opération risquée si vous avez déjà des données sur votre disque, donc prenez vos précautions avant, ne formatez surtout pas les partitions qui ont déjà des données, et abstenez-vous ou demandez de l'aide si vous sentez que vous allez faire une Grosse Ânerie. Les deux effets secondaires malencontreux sont un, la perte définitive des données présentes avant l'opération, et deux, l'impossibilité de redémarrer le système une fois le partitionnement terminé. Ce dernier cas est en général facilement rattrapable, même si ça demande un peu de doigté et parfois pas mal de patience. Donc, si vous ne voulez prendre aucun risque, soit vous faites appel à un ami compétent pour vous aider, soit vous revenez au paragraphe précédent et vous trouvez une solution pour avoir deux disques durs différents, vin diou de vin diou.



Sauve qui peut


Bien, nous avons isolé nos données sur leur petit espace réservé, ou sur leur disque dur titanesque si vous avez des gros besoins en la matière, et nous voilà paré pour accomplir la deuxième étape de notre petit périple, à savoir les sauvegarder. En effet, il est bien utile d'avoir assuré que le système, quel que soit sa faillibilité, ne viendra jamais pourrir notre disque ou notre partition de données, mais cela ne nous prévient pas du coup de bambou du disque qui lâche. Et si ça se produit, grand malheur, désespérance et fin du monde s'ensuivent car il ne nous reste aucune solution à part débourser des millions de dollars auprès de spécialistes de la NASA qui vont autopsier notre disque et tenter d'y extraire les octets à la pince à épiler, tentative qui se soldera de toute manière par un échec retentissant dans la quasi totalité des cas. Bref, mettons-nous à l'abri tout de suite de ces perspectives peu réjouissantes en assurant nous-même notre tranquillité mentale par des dispositions simples.


On sauvegarde, donc, c'est-à-dire en langage plus simple on recopie tout le bazar sur un autre disque, ou même plusieurs autres si on pense qu'on le vaut bien. Normalement les probabilités de panne de deux disques en même temps sont infimes, donc une seule sauvegarde devrait nous suffire. Mais où donc la placer ? Eh bien, si vous avez opté pour la solution à deux disques, et que le disque système a une taille qui le permet, pourquoi ne pas la mettre là-dessus ? Mais dans un emplacement bien distinct du système, par exemple un dossier Sauvegarde que l'on créé et où l'on recopie nos dossiers. En même temps, en général on aura tendance à choisir un disque système plus performant, il serait donc dommage de gâcher l'espace disque pour une sauvegarde qui ne sera quasiment jamais utilisée si on a vraiment une place importante à immobiliser.


Donc un support amovible, DVD, clé usb, disque dur externe, fera également très bien l'affaire. J'entends certaines souris qui me parlent de sauvegarde dans le Nuage, cloud pour les intimes, nous n'allons pas entrer dans les détails pour ne pas perdre le fil de notre dossier, mais il est bien prévu qu'on aborde cette polémique un jour ou l'autre. Pour le moment, une petite sauvegarde que l'on garde au chaud au fond de son tiroir suffira amplement. D'ailleurs, dans la logique des choses, le support de sauvegarde, qui n'est presque jamais utilisé, est le moins onéreux possible. Evidemment, vous ne serez pas protégé en cas de sinistre de votre bureau ; qu'à cela ne tienne, mettez le tout chez votre tante Germaine. Mais si sa maison brûle aussi ? Quand on commence à rentrer dans ces considérations, la spirale paranoïaque nous fait vite perdre la mesure et on commence à s'inventer des avions à réaction pour faire voler une plume. Sachons garder la tête froide, et considérer qu'on va se prémunir d'un risque courant et somme toute facilement évitable (la défaillance d'un composant électronique), pas d'une guerre mondiale thermonucléaire consécutive à l'éruption d'un volcan issue de la tombée d'une météorite sur votre quartier. Dans ce cas-là, on s'assoira sur la perte de nos données en considérant qu'il y a des problèmes plus graves dans la vie.


Il y a tout de même un aspect qu'il faut bien avoir en tête quand on parle de sauvegarde, c'est qu'il faut tout de même réappliquer l'opération régulièrement. C'est très bien d'avoir recopié vos dossiers illico après avoir lu cet article avec émotion, mais si vous ne recommencez pas l'opération dans les cinq prochaines années, il y a fort à parier que vous ne serez pas très content d'avoir perdu tout ce que vous avez produit dans l'intervalle si la catastrophe survient. Il est donc préférable, c'est même plus qu'une bonne idée, d'accomplir régulièrement cette opération de sauvegarde, soit de manière manuelle en se disciplinant un peu, soit de manière automatique en utilisant un outil approprié. Il est également de bon ton, pour ne pas y passer à chaque fois des nuits entières, d'utiliser un outil qui travaille de manière incrémentale, c'est-à-dire qui ne s'occupe que de ce qui a changé depuis la dernière sauvegarde. Le couteau suisse de la sauvegarde, tous systèmes confondus, est sans conteste Rsync, mais il est très brut de fonderie et vous aurez sans doute du mal à le manipuler si vous n'êtes pas un expert de la ligne de commande. Mais il existe des dizaines d'outils qui l'utilisent tout en vous proposant une interface plus simple, et des paramétrages plus avancés comme le fait de faire des sauvegardes hebdomadaires par exemple. Vous pourrez vous rendre sur la page wikipédia de notre ami pour en avoir une petite liste indicative. Comme aux souris vertes on se débrouille comme des grands avec la version nominale, on vous laissera faire votre marché et essayer. Gardez tout de même en tête qu'un utilitaire de sauvegarde est une des applications les plus utiles que vous puissiez installer sur votre système, donc ne comptez pas votre temps et vos efforts au moment d'arrêter votre choix.



Garder ou ne pas garder, telle est la question


Bien bien, après cette belle progression dans le sujet du jour, et avant d'aborder les questions qui fâchent, offrons-nous un court instant de contemplation :


"Protégé du vent

Caché aux regards

Un nid d'oiseau"


Midoriro no Mausu (la Souris Verte)


Il est plus que temps maintenant de s'intéresser au contenu même de ce que nous venons de mettre dans un joli paquet bien propre, entouré de rubans chamarrés et sauvegardé avec amour dix ou vingt fois par an/mois/semaine/jour/minute (rayer les mentions inutiles). Que faut-il garder vraiment dans nos données personnelles ? Car, on s'en doute, la quantité de données à conserver va être directement en relation avec les ressources à mobiliser pour les stocker et les gérer au quotidien, les sauvegarder, les restaurer le cas échéant, et Técé Terra.


Si l'on se réfère avec intérêt à notre excellent article sur le stockage, on voit immédiatement qu'il sera bien plus facile de conserver notre petit carnet d'adresses ou notre cahier de recettes de cuisine que l'intégralité de nos photos grand format depuis la formation de la terre, voire pire, l'horreur absolue, notre collection complète de trois cent mille films en haute définition dont pas un ne saurait nous manquer sur une île déserte. Il n'est pas question de trancher à votre place ce qui est essentiel de ce qui est accessoire dans votre vie numérique, mais ayez tout de même conscience du poids et des ressources bien matérielles que vous consommez pour la conservation de ces données. De manière générale, moins vous en gardez, plus vous serez à l'aise pour transférer vos données sur un nouveau système et les sauvegarder les doigts dans le nez, avec de multiples possibilités qui vous seront fermées si vous manipulez les octets à la pelleteuse par tera entiers. Rappelons également que la production permanente de nouvelles données pas franchement vitales, et leur échange désordonné à travers le réseau est ce qui engorge aujourd'hui les serveurs mondiaux de messagerie, de réseaux sociaux, de partage de fichiers et autre. Inutile ensuite de s'étonner, ni de s'indigner, que des millions de serveurs fonctionnent à plein régime en consommant autant que des villes de taille respectable pour tenir à disposition ces données dont personne ne veut questionner l'utilité réelle.


Donc on trie, s'il vous plaît, on écrème, on rabote, et les éléphants d'Afrique nous en remercient platement. Cependant, et pour donner raison à la souris verte à lunettes qui revient à la charge, il ne faut pas considérer que seules les données que nous avons produites de nos petites mains sont importantes à garder. Il y a en effet tout un tas de fichiers qu'il est de bon ton de conserver aussi car il serait bien pratique de pouvoir les remettre en cas de réinstallation du système. Par exemple :

- notre carnet d'adresse de messagerie

- nos favoris de navigateur

- les préférences de nos programmes principaux

- les mails, si on souhaite en conserver une archive locale, à condition qu'ils ne soient pas truffés de pièces jointes (le texte lui-même n'est pas volumineux, vous pouvez tranquillement conserver 30 ans de messages dans un dé à coudre)

- plus fort encore, mais pas donné à tout le monde, la configuration du système, comme les options, la disposition des menus, les applications installées, etc.


La complexité de sauvegarder, puis restaurer, ce type de données est inhérente aux applications et au système que vous utilisez, et il ne sera pas toujours facile de tout remettre d'aplomb. Sachez que sous Linux, c'est une bonne raison d'essayer ce système, c'est d'une simplicité enfantine car absolument toutes les préférences des programmes sont stockées au même endroit, et de manière relativement économe en espace disque. Il vous suffit donc de conserver ce répertoire dans un coin, pour qu'après réinstallation vous ayez retrouvé la quasi intégralité de votre système à l'identique d'un seul coup de baguette magique, ce qui inclut absolument tout de la messagerie au navigateur, en passant par le bureau ou le logiciel de retouche d'images.
 
Sous Windows, les choses sont comme toujours bien moins simples, mais il faut savoir que c'est tout de même possible, car la plupart des programmes stockent leurs données dans un répertoire caché de votre utilisateur nommé AppData (souvent ensuite dans le sous-répertoire Roaming, mais pas toujours, ça serait trop facile). Si vous sauvegardez le dossier qui correspond à votre application favorite, par exemple Mozilla Firefox, vous devez pouvoir retrouver l'ensemble de votre configuration personnelle simplement en le recopiant. Ceci vaut aussi pour les mails si vous utilisez Thunderbird, pour votre éditeur de texte préféré, etc. Il n'est pas forcément indispensable de conserver les préférences d'absolument toutes les applications, mais au moins celles qui vous avez le plus personnalisées. Si vous passez par exemple vos journées à utiliser le traitement de texte LibreOffice, et que vous avez vos petites barres de raccourcis personnelles, vos styles tout prêts, etc, ça serait une bonne idée de voir comment garder tout cela pour ne pas perdre tout ce travail. En plus, cela vous permet également de porter ces préférences sur un autre ordinateur, par exemple celui de votre travail ou le portable d'oncle Nestor que vous utilisez en vacances.



A la recherche des données perdues


Notre petit article ne serait pas complet sans un petit peu de dépannage express pour les âmes en peine. Les conseils qui précèdent vous ont donné quelques clés pour ne pas vous retrouver dans la grosse mouise de la perte irréparable de données sans lesquelles l'existence n'a plus aucun sens. Mais comme il n'est pas toujours possible d'éviter le pire, il serait sympathique qu'une souris verte volontaire nous explique comment récupérer nos données si notre ordinateur devient tout à coup très vilain et ne veut par exemple plus démarrer. Qui se lance ? Ah, une candidate à ma droite, parfait. Oh oh ! Et une proposition tout à fait pertinente, l'utilisation d'un Live CD, c'est une très bonne idée.


Un Live quoi ? Ah ma bonne dame, vous ne connaissez pas encore cette botte secrète qui vous rendra aussi efficace, voire davantage, que la plupart des dépanneurs informatiques : il s'agit d'un système d'exploitation autonome qui fonctionne entièrement sur un support amovible, c'est-à-dire un CD-ROM, ou plus souvent une clé usb, ce qui est bien plus pratique. Comment donc, comment donc ? Eh oui, c'est incroyable mais ça existe bel et bien, et à vrai dire c'est d'une utilité redoutable. Nous consacrerons sans doute un article complet à ces outils et à leurs nombreuses qualités, mais pour le sujet qui nous occupe c'est le couteau suisse de la récupération de données : puisqu'on ne sait pas ce qui fait flancher le système, on insère notre petite clé, on démarre sur le système qu'elle contient, et de lui on peut accéder normalement à tous les disques, y compris celui du système, et y récupérer nos précieuses données. Bien sûr, ceci suppose tout de même une coopération minimale de la part de notre ordinateur, autrement dit que le matériel en défaut ne soit pas la carte mère ou l'écran, sans lesquels on ne pourra rien faire du tout.


Comment donc se procurer un Live CD ? Rien de plus simple, un grand nombre de distributions Linux viennent maintenant sous cette forme, pour vous permettre de les essayer avant de les installer. Une de nos préférées aux souris vertes est Linux Mint, un système simple, élégant, qui convient aux petits comme aux grands, et qui en plus a de superbes reflets vert menthe. Simple d'utilisation, reconnaissant tout votre matériel sans sourciller et sans nécessité d'installer des pilotes à tour de bras comme pour l'affreux Windows, sachant lire des données sur à peu près n'importe quel type de système de fichiers, bref un compagnon bien utile à fréquenter. Peut-être même aurez-vous ainsi le goût d'essayer ce système différent et nettement plus puissant que la plupart de ceux qu'on destine au grand public qui, c'est bien connu, doit être protégé de sa propre ineptie en l'empêchant de faire ce qu'il souhaite si ça n'est pas immédiatement en rapport avec la stratégie commerciale de quelques multinationales qui nous veulent du bien.


Nous divergeons, divaguons et partons dans des chemins de traverse, aussi revenons au cap et résumons la procédure de dépannage en cas de non allumage de notre ordinateur :
- on insère une petite clé USB sur laquelle on a préalablement installé un Live CD Linux de notre choix. On s'assure que notre ordinateur est en mesure de démarrer sur la clé en question. Pour cela, si ça ne fonctionne pas tout seul et qu'on n'a aucune idée de comment procéder, on consultera l'internet mondial pour connaître les options du BIOS qui équipe notre modèle d'ordinateur. En général il y a une touche à l'allumage, F2 ou Suppr ou autre, qui permet de choisir sur quel périphérique démarrer.
- on attend bien gentiment que le système Linux démarre. Ensuite on va consulter les disques durs qui sont visibles dans l'explorateur de fichier, on recopie ce qu'il faut où il faut, et tout va bien, nos données sont à nouveau là. La suite du programme est à votre charge, réparation d'ordinateur, danse de la pluie et offrandes au boudha pour lui redonner la santé, mise au rebut et investissement dans un nouveau modèle neuf, etc.

Malheureusement il se peut que ce scénario idyllique ne se déroule pas comme dans le film, et que vous ne voyiez pas le disque dur qui contient vos précieuses données quand vous arrivez dans votre système de dépannage. Si en plus vous ne le voyez pas dans le BIOS, encore lui, au moment du démarrage, ne cherchez plus : le disque est mort de sa belle mort, il a rejoint le paradis des disques durs et vos données avec. Vous pouvez vous acharner à transmettre l'ordinateur à un professionnel qui possède du matériel spécialisé de spécialiste, mais très honnêtement ça va vous coûter un bras et les chances de succès sont bien minces.

Autre cas de Grosse Scoumoune, c'est si l'ordinateur refuse obstinément de vous donner le moindre signe de vie, et qu'il ne s'allume tout simplement plus du tout. Dans ce cas, il ne nous restera que l'opération à coeur ouvert, autrement dit l'extraction à grand coup de tournevis de notre disque dur, pour le remettre dans un boîtier externe et y récupérer les fameuses données depuis un autre ordinateur. Pas des plus faciles, il vous faudra patienter jusqu'à la suite de ce dossier pour être en mesure de reconnaître le disque dur du foie ou de la rate et savoir le démonter sans tout arracher sauvagement.

Ceci dit, avant d'en arriver à toutes ces procédures d'urgence, il est toujours mieux d'être attentif aux signes de fatigue chronique de votre matériel qui vous indique qu'il est temps de faire une sauvegarde : écrans bleus à répétition, disque qui a du mal à être reconnu au démarrage de la machine, fichiers corrompus qui s'accumulent, bref tout ce que le système vous indique en clignotant d'une petite loupiote rouge et qui pourrait vous faire envisager que peut-être il y aurait anguille sous roche, ou fennec sous cactus, voire souris sous platane.




Nous voici désormais plus sages et prêts à affronter l'existence d'un oeil neuf et serein, fort de la certitude de ne plus jamais perdre nos données. Enfin débarrassés de ces tourments,  nous pouvons enfin nous offrir un moment de calme loin des écrans et de l'agitation numérique. Un grand merci à toutes les souris vertes qui nous aidé à la préparation de cet article, et on leur dit à bientôt pour la suite de notre dossier qui n'en finit pas de continuer !







Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Le Petit Geste Du Jour : j'utilise un bloqueur de publicités
> Au secours, mon ordi est lent ! (1) : les souris vertes à la rescousse
> Au secours, mon ordi est lent ! (7) : Je réinstalle mon système tout seul comme un grand
> L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
> Le saviez-vous : Google n'est pas le seul moteur de recherche ?
 

Mot-clefs de ce billet...
ordinateur;réparation données

Commentaires


Aucun commentaire...


Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Des Souris Vertes

Derniers billets

Divers   25/05/2017
Les souris vertes s'invitent à la radio
Le Petit Geste du Jour   20/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
Dossier   11/05/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (7) : Je réinstalle mon système tout seul comme un grand
Le Petit Geste du Jour   06/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'écris un haïku pour me détendre
Divers   14/04/2017
Cultiver l'attente...
Club de lecture   25/03/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : la convivialité d'Ivan Illich
Le Petit Geste du Jour   09/03/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'enlève la signature automatique des messages
Polémiquons   27/02/2017
L'inquiétant mariage de la science et du numérique
Dossier   17/02/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (6) : J'adapte mon système à mes besoins
Club de lecture   12/02/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : une question de taille, d'Olivier Rey
Le saviez-vous ?   21/01/2017
Le saviez vous ? La voiture est un ordinateur sur roues
Dossier   10/01/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données
Dossier   30/12/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (4) : Je nettoie Windows à grands jets
Polémiquons   23/12/2016
Le Petit Geste de l'Année : je ne commande rien d'électronique au père noël
Le Petit Geste du Jour   11/12/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise un bloqueur de publicités
Dossier   27/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (3) : J'apprends à ne pas polluer mon ordinateur
Dossier   14/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
Dossier   05/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (1) : les souris vertes à la rescousse
Le Petit Geste du Jour   23/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise le mode avion même à pied
Système   16/10/2016
L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
Le Petit Geste du Jour   02/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : je gère la durée de vie de ma batterie
Club de lecture   17/09/2016
Les souris vertes ont lu pour vous : l'âge des low tech, de Philippe Bihouix
Système   21/08/2016
J'apprends à gérer mes mots de passe
Le Petit Geste du Jour   08/08/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'arrête d'inclure les messages quand je réponds
Polémiquons   30/07/2016
Ecole et numérique font-ils bon ménage ?
Le Petit Geste du Jour   19/07/2016
Le Petit Geste du Jour : j'arrête d'écrire mes mails en HTML
Chamois d"or   10/07/2016
Le saviez vous ? Il est possible d'être informaticien sous Windows sans se pendre
Messagerie   04/07/2016
L'incarnation du mal : la pièce jointe dans les mails
Le Petit Geste du Jour   26/06/2016
Le Petit Geste Du Jour : Je réduis la luminosité de mon écran
Divers   18/06/2016
Stop à l'imprimante jetable
Dossier   12/06/2016
Grandeurs du monde numérique (6) : Réseaux en folie
Le Petit Geste du Jour   05/06/2016
Le Petit Geste du Jour : j'éteins ma box quand je ne m'en sers pas
Le saviez-vous ?   31/05/2016
Le saviez-vous : Google n'est pas le seul moteur de recherche ?
Dossier   25/05/2016
Grandeurs du monde numérique (5) : Dans la jungle des écrans
Le Petit Geste du Jour   20/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je mets mes sites favoris... en favoris
Le Petit Geste du Jour   15/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je change la page de démarrage de mon navigateur
Dossier   14/05/2016
Grandeurs du monde numérique (4) : Les spectaculaires performances des jeux vidéos
Le saviez-vous ?   12/05/2016
Le saviez-vous : à quoi sert l'économiseur d'écran ?
Dossier   08/05/2016
Grandeurs du monde numérique (3) : Monsieur Herz mesure la solitude du processeur
Dossier   06/05/2016
Grandeurs du monde numérique (2) : Octets et compagnie, les rois du stockage
Dossier   05/05/2016
Grandeurs du monde numérique (1) : c'est gros, c'est petit ?
Divers   04/05/2016
Les souris partent à l'aventure


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Des Souris Vertes
> Dossier
> Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►