Ico Chamois d"or
Ico Multimedia
Ico Système
Ico Navigateur
Ico Messagerie
Ico Réseau
Ico Le Petit Geste du Jour
Ico Club de lecture
Ico Dossier
Ico Le saviez-vous ?
Ico Polémiquons
Ico Divers

Résultat de votre recherche


1 2 3
Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
Date 20/05/2017
Ico Le Petit Geste du Jour
Comms Aucun commentaire

Une souris verte prend une photo

"Sur l'image sainte

Elle lâche une fiente

L'hirondelle"


Yosa Buson (1716-1783)

Aujourd'hui, et parce que c'est vous, nous transformons un Tout Petit Geste en un Effet de Manche tout à fait spectaculaire, un tour de prestidigitation à côté duquel faire disparaître la tour Eiffel devant cinquante mille personnes fait délicatement pouffer. Car nous nous promettons rien de moins qu'une transmutation alchimique profonde de tout appareil photographométronique, et je dis bien tout, et même plus encore puisque l'on peut ajouter sans vergogne téléphones, caméscopes, tablettes, webcam, souriscopes, et autres capteurs de contenu multimédia. En quelques instants, et sous les yeux ébahis de la foule en délire, nous allons changer le plomb de la grosse photo balourde en une fine couche  d'or fin sous la forme d'un fichier aussi léger qu'une plume.


Avant d'expliquer le mais pourquoi du comment donc de cette opération renversante, il me faut présenter platement mes excuses à toute la compagnie de souris vertes qui s'agite gaiement autour du bureau en cette belle matinée. Cela fait en effet plusieurs semaines, mois même, années peut-être ? des siècles ? Euh, ne nous emportons pas, ce blog a encore la fraîcheur du jeune souriceau, donc on ne saurait remonter si loin. Mais bref, cela fait bien longtemps que les souris unanimes militent pour la publication de cet article, qui est dans la filiation directe de nos formidables billets sur les grandeurs du monde numérique, dont nos plus anciens lecteurs se souviendront peut-être avec émotion.


Tu veux ma photo ?


Il était donc plus que temps de céder au lobbying incessant des petites souris bien remontées contre le phénomène absolument destructeur du Réglage Par Défaut Ridicule. D'autant que l'inondation à travers tous les systèmes de communication de contenu multimédia produit sans aucune précaution menace sérieusement de ravager la planète. Etant donné que le texte n'intéresse plus personne, et que la vidéo est encore difficile à diffuser à la pelleteuse vu la bande passante qu'elle consomme, ce sont bien les photos et images en tout genre qui constituent l'essentiel des échanges à travers les réseaux informatiques, et qui viennent ensuite gentiment s'inscruster dans des espaces de stockage dont le guichet reste ouvert 24h/24. Rien que sur FesseBouc, un service à l'odeur pour le moins douteuse, ce sont pas moins de 200 millions de photos qui sont ajoutées chaque jour, pour un total pour le moment de 90 milliards, rien que ça.


Bien entendu, il serait opportun de s'interroger sur l'utilité finale, et plus avant sur le sens profond de cette tendance à l'accumulation compulsive de données qui veut tout montrer et rien oublier ou simplement taire. Sans compter la possibilité parfaitement immature de consommer toujours plus d'objets numériques sans s'interroger sur leur devenir ni assumer aucune responsabilité dans leur cycle de vie ; voilà bien une possibilité de pollution par prolifération nettement démultipliée par rapport au monde réel finalement bien risible avec ses quelques centaines d'objets inutiles qui traînent à la cave ou au grenier.


Mais, même si ça n'est pas le désir de polémiquer joyeusement qui nous manque, nous laisserons là la discussion philosophique, anthropologique, sociologique, philogénétique et tout ce que vous voulez ajouter en -ique (une souris à droite me suggère le très mignon "souristémique", je m'en vais de ce pas pétitionner l'académie française pour son entrée dans le dictonnaire) pour nous concentrer sur notre geste salvateur du moment. Commençons déjà par nous assurer de ne pas consommer de l'octet à la tonne, ensuite chacun pointera son petit objectif vers ce qui lui plaira et en son âme et conscience.


Scandale inouï du réglage inique (et réciproquement)


Aux souris vertes, nous n'avons pas peur de prendre des risques, et nous allons de ce pas briser le silence complice, l'omerta tacite, la complaisance facile qui autorisent aujourd'hui la commercialisation de dizaines de milliers d'appareils numériques avec des réglages embarqués qui relèvent tout bonnement d'un scandale environnemental, social et de santé publique tout à la fois. Imaginez un instant que l'on ne propose plus à la vente que des biberons de 2 litres pour inciter nos nourrissons à consommer davantage, les fainéants, ou des rouleaux de papier toilette à cinquante épaisseurs que vous aurez même du mal à plier, pour soutenir la croissance mondiale qui en a bien besoin, et vous aurez une bonne idée de la finesse de conception et de l'intelligence stratégique qui anime l'industrie numérique au moment de vous produire un appareil photo.


Il est acquis que l'on peut désormais produire des capteurs ultra-sensibles à des coûts si risibles que l'on peut en habiller gentiment le moindre gadget électronique, tout cela dans une grande débauche débonnaire de métaux rares et d'énergie fossile. Mais, non content de nous équiper d'un matériel optique nettement plus performant que la plupart des missions spatiales du siècle dernier, ce dont nous commençons à nous blaser légérement du fait que même les jouets pour enfants en sont truffés, on va surtout nous ajouter des réglages toujours plus énormes pour nous produire du Super Méga Pixel inutile, mais qui offre un argument de vente bien commode. Nous n'allons pas refaire ici la démonstration percutante de la stupidité de ces ordres de grandeur publicitaires quand il s'agit de nous vanter du Méga Pixel sans retenue, nous vous laisserons pour cela relire l'étonnant article traitant de la taille des écrans, mais nous rappelons simplement la conclusion sans appel qu'il est permis d'en tirer : aujourd'hui, le moindre appareil photo embarqué sur le plus minuscule téléphone va vous générer des images dans un format qu'aucun écran au monde n'est capable d'afficher, ni aucune imprimante capable d'imprimer. Donc, non seulement vous transportez et stockez beaucoup trop d'information dans votre petite photo, mais en plus vous allez faire travailler les machines qui vont se charger de l'afficher en lui redonnant auparavant une taille un peu plus raisonnable que la longueur d'un porte-avion.


Alors, pour ajouter une subtile nuance de vert à notre tableau bien sombre, sans aller jusqu'à dire que les résolutions gigantesques que proposent les appareils photo sont réellement utiles car on saurait très bien s'en passer, on concèdera qu'il est possible d'en tirer parti si vous faites un certain type de photo ou de vidéo. La photographie naturaliste par exemple, celle qui consiste à essayer d'immortaliser des souris vertes tapies au milieu d'un buisson, peut bénéficier du raz-de-marée de pixels pour permettre ensuite de recadrer les images obtenues sur des détails qu'il serait bien difficile de capter directement à la bonne échelle. Mais bon, on est tout de même sur un usage très spécialisé, et dans ce cas il n'est pas question de diffuser la photo obtenue sans un traitement qui va ramener sa taille à des dimensions bien plus modestes. Et quoi qu'il en soit, on aura du mal à se persuader que ce sont des armées de botanistes et d'ornithologues amateurs qui alimentent aujourd'hui les réseaux dits sociaux et les millions d'images échangées à travers l'internet mondial à chaque milliseconde. Alors, pour tous les autres, on le fait ce petit geste ?


Travailler autant pour gagner moins (de pixels)


Ah vraiment quel beau programme, les souris. Ce n'est pas avec ce genre de titre honteusement décroissant qu'on va séduire le quidam, franchement non mais. C'est pourtant bien de cela qu'il s'agit, nous allons baisser la résolution en pixels de notre appareil photo. Ceci aura plusieurs conséquences notables :

- la photo aura moins de pixels. Eh oui ! Bon, plus concrètement, la définition de l'image sera moins bonne, on perd des détails, mais comme nous l'avons déjà fait remarquer, au-delà d'une certaine résolution le gain en qualité est minime voire imperceptible, et la consommation d'espace proprement monstrueuse.

- le fichier en question sera moins gros. Eh oui ! Ce qui aura deux conséquences formidables : moins d'octets à envoyer par le réseau si vous diffusez votre oeuvre, donc un transfert plus rapide et plus économe en bande passante, et moins de stockage nécessaire chez vous comme chez Papi Gaston à qui vous avez envoyé le tout.

- vous économisez des ressources numériques partout où vous baladez vos petites images, autrement dit vous sauvez sans le savoir les phoques, les ours polaires et les bébés tigres, sans oublier toutes ces petites bestioles incroyables qui vivent dans les forêts équatoriales.


Concernant le deuxième point, quand on connaît le manque d'espace disque chronique dont souffrent les possesseurs d'appareils numériques prisonniers de modèles qui ne permettent pas de rajouter du disque dur à l'envie, on se demande bien pourquoi ils n'ont pas sauté sur ce petit geste plus tôt.


Allez, on donne enfin la procédure pour le geste que tout le monde attend :

- j'attrape mon appareil téléphotoscope d'une main, je l'allume de l'autre

- je localise dans les préférences les réglages d'image. Là ça dépend de l'appareil, à vous de trouver.

- je commence par changer le format de l'image, en choisissant un format directement compressé (surtout pas d'image brute ou 'raw', malheureux !) : jpeg ou png par exemple pour deux formats d'excellente tenue. Il y a parfois des réglages supplémentaires sur le niveau de compression, là il vaut mieux expérimenter avant d'arrêter son choix, pour ne pas dégrader notablement le rendu.

- je change ensuite la résolution de l'image, pour prendre quelque chose de raisonnable. 1920x1080 (pour un format 16:9, sinon 1920x quelque chose) correspond déjà au fameux SuperUltraFullHD des écrans qui se la racontent, donc aller au-delà paraît bien déraisonnable. L'appareil photo des souris vertes ne nous laisse pas une grande latitude de choix, donc on opte pour du 1600x1200, ce qui fait des images tout à fait sympathiques à voir sur un écran et nous garantit des fichiers d'une taille de 500ko à 1Mo. C'est toujours plus lourd que du texte, même que l'intégrale des articles des Souris Vertes (si si),  mais pour une photo grand angle ça reste tout de même modeste.


Juste pour illustrer le gain de place que l'on en retire immédiatement, avec ma vieille carte mémoire pas bien grosse je peux prendre 1200 photos en 4000x3000, la résolution par défaut n'importequoitesque de l'appareil, et en ajustant mes réglages, même sans tirer jusqu'au timbre poste en 4 couleurs, je peux en prendre 6500. Personnellement je préfère avoir une résolution pas trop grande mais choisir le format de compression le moins agressif.


Bon, après c'est à vous de faire vos essais aussi, jusqu'à trouver le bon compromis entre le poids du fichier, la dimension de la photo et la qualité finale. Tant que vous ne restez pas sur les réglages par défaut ça sera déjà un bel effort. Bravo !

Arrête ton cinéma

Ne partez pas ! Je vois des lecteurs qui s'apprêtent à lever l'ancre après cette petite séance de gesticulation salutaire. On a déjà bien oeuvré pour la planète, c'est sûr, mais on peut aller encore plus loin sans trop se fouler, maintenant qu'on y est. Car, généralement, les appareils qui savent prendre des photos savent aussi filmer, voyez-vous. Alors là, on ne le répétera jamais assez, aussi allons-y pour notre petite rengaine préférée, mais la vidéo est l'antithèse absolue de la sobriété numérique, elle vous dévore de l'octet encore pire que Grosbouf (qui A FAIM comme le reconnaîtront les fans des schtroumpfs, que forcément les souris vertes révèrent, elles qui aiment tous les animaux délicieusement colorés). Bref, si on peut s'abstenir, c'est aussi bien, mais si parfois on a du mal à s'en passer,  la moindre des choses sera d'aller chercher les réglages au même endroit que précédemment, et d'aller illico baisser la résolution des images prises. Bon, la qualité de l'image va bien vite se dégrader, mais celle du son n'en souffrira pas, et surtout vous aurez le droit de prendre des vidéos de plus d'un quart de seconde sans saturer votre carte mémoire d'un trait.

Comme précédemment, il vaut mieux expérimenter la résolution qui vous convient en fonction des possibilités de votre appareil. Pour ma part j'utilise plutôt le 640x400, pas forcément très joli à afficher sur un grand écran mais qui va bien pour les quelques rares fois où j'ai quelque chose à enregistrer. A vous de voir. Mais se poser la question, et savoir changer les réglages en fonction du contexte, c'est déjà un grand pas sur la Voie de l'Usage Numérique Maîtrisé.


Allez, c'est fini pour notre épisode du jour, vous pouvez allez vous reposer, sous les acclamations des souris en liesse.

On se quitte sur un petit haïku en écho à notre discussion :

"Reflet sur l'eau
Du reflet de mon oeil
Regardant la mer"

Midoriro no Mausu (la Souris Verte)









>Voir le billet et ses commentaires...
 

Le Petit Geste de l'Année : je ne commande rien d'électronique au père noël
Date 23/12/2016
Ico Polémiquons
Comms Aucun commentaire


"Comme des cadeaux
Descendus du ciel
Ces fleurs de cerisier"

Midoriro no Mausu (la Souris Verte)

Une petite pensée avant que la majeure partie du pays ne se rue vers une indigestion collective et copieusement alcoolisée, au moment où l'esprit est encore suffisamment désembrumé pour apercevoir les petites souris vertes qui courent gaiement par les chemins. Il n'est pas trop tard pour tirer le père noël par la barbe hors de son traineau et pour vider sa hotte de tout l'attirail numérique que l'on a eu l'imprudence de lui commander cette année.


Voyons donc, nous fallait-il réellement pour survivre à la prochaine année disposer de cet incroyable téléphone qui se connecte automatiquement au nouveau portable ultra fin qui dialogue avec une tablette de dernière génération au travers d'une borne wifi à la portée kilométrique qui se paramètre sur un écran plasma gigantesque auquel est branchée la GameStation XII même pas encore disponible en Europe ?


Pour soulager un peu le travail des rennes qui doivent courir aux quatre coins les plus sordides de la planète pour rassembler ces produits dangereux pour l'environnement et la santé des enfants et des femmes enceintes, les souris vertes donnent leur petite liste au père noël nettement plus facile à rassembler :

- une boîte de crayons de couleur, avec une douzaine de nuances de verts

- l'intégrale des haïkus du vénérable Matsuo Bashõ

- quelques graines de plantes sauvages à resemer à la volée

- quelques journées de congés pour se promener en forêt


Un collectif de souris vertes particulièrement radicales me demande d'ajouter les revendications suivantes, que je me contente d'écrire sous la contrainte et sans y apporter le moindre soutien :

- le quintuplement du prix de l'essence pour les appareils à moteur utilisés au jardin
- la baisse de l'éclairage nocturne
- l'enfermement sous bonne garde des chats qui passent leur temps à terroriser les souris et les petits oiseaux

- l'interdiction finale et définitive des pesticides, fongicides, insecticides, planticides, composticides, abeillicides, souricides, et plus généralement vie-marine-et-terrestre-icides

- le sabotage sans merci des antennes relais de téléphone portable (des furies je vous dis, je ne sais pas ce qui leur prend)

- le piratage de tous les sites de promotion effrénée de consommation numérique à coup d'avalanche de GigaPixels et de Tera-Herz


Hum. Bon. Eh bien le père noël n'à qu'à bien se tenir. Encore que vu ce qu'on vient de lui mettre sur les bras, il y a fort à parier qu'il finisse par choisir la facilité et qu'on se retrouve avec la liste initiale de gadgets à écran. Qu'à cela ne tienne, on fera toujours mieux l'année prochaine !


Il nous reste à souhaiter à tous nos fidèles lecteurs de joyeuses fêtes, en rires, en chansons, en haïkus, et tout ce qu'on voudra d'autre !




>Voir le billet et ses commentaires...
 

L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
Date 16/10/2016
Ico Système
Comms Aucun commentaire

Portable écologique

"Pour chanter
Le rossignol
N’ouvre qu’un petit bec"

Yosa Buson (1716-1783)


Il faut reconnaître qu'il est bien difficile d'introduire l'article du jour par un haïku approprié. S'il est toujours aisé de choisir un petit poème magnifique, la technique du doigt pointé sur une page les yeux fermés suffisant en général à notre bonheur, force est de constater que les grands maîtres japonais ne se sont pas pressés au portillon pour aborder un problème pourtant essentiel à la vie sur terre.


Car nous allons soulever aujourd'hui une question existentielle renversante, qui engage tout à la fois l'avenir de l'humanité, notre compréhension du monde et notre rapport à l'univers, rien que ça. Allons nous donc nous interroger sur le sens de la vie ? La manière de résoudre la faim dans le monde ? Le propre de l'homme ? Ou plus compliqué encore, le propre de la souris verte ? Foin de toutes ces questions secondaires, il s'agit très sérieusement de savoir enfin et pour toujours si oui, non ou peut-être, l'ordinateur portable est plus écologique que son cousin pas portable (on dira fixe donc).


Pourquoi diantre faudrait-il mettre cela en débat ? Il semblerait en effet que la question soit tranchée depuis des années, puisque la terre entière semble unanime pour condamner les vilains ordinateurs fixes sales, polluants et franchement repoussants, pour encenser les ordinateurs portables qui sont si propres et écologiques. Même l'ADEME, l'Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, qui propose de nombreuses analyses et rapports sur la manière de mieux consommer l'energie, évacue la question d'un revers de Gros Chiffre : les ordinateurs portables consomment de 50 à 80% d'électricité en moins, donc circulez, problème réglé.


Outre que les souris vertes disposent d'équipes scientifiques de pointe qui sont tout à fait capables de rivaliser dans le domaine de l'Etude à l'Emporte Pièce, elles partagent toutes cette fibre compassionnelle innée qui les incite à prendre la défense de la veuve et de l'orphelin même contre vents et marées. Nous allons donc tenter de redorer un peu le blason de notre pauvre ordinateur fixe tombé en disgrâce, et victime malgré lui d'une crise de ringardise aïgue. Mais, une fois n'est pas coutume, nous allons nous acheter une conduite et appliquer la règle cardinale de la démocratie médiatique qui permet d'obtenir une information mièvre, sans saveur, sans odeur mais à forte teneur en principes moraux, à savoir organiser un Débat Contradictoire.


A ma droite, donc, l'équipe des souris vertes à rayures jaunes (toute ressemblance avec un pyjama serait purement fortuite), qui va nous proposer un plaidoyer émouvant en faveur de notre ami l'ordinateur portable. A ma gauche, les souris vertes à pois orange (très élégantes) vont au contraire nous défendre ce paria de la société qu'est l'ordinateur fixe. Le professeur Souriso et moi-même arbitrerons les débats dans un souci d'équité, de respect de l'autre et tout de même, avouons-le, d'imposer à la fin la conclusion que nous avons déjà en tête, ce qui est la moindre des choses dans un débat dit démocratique.


Allez on entame notre débat hyper sérieux pas pour de rire, et n'insistez pas, non non, pas d'animation rappelant le regretté Intervilles à coup d'avalanche de mousse, de course en sac troué et de ballons géants flottant dans une piscine à bulles. Enfilons notre plus belle cravate et clamons donc du haut des toits les mérites innombrables de notre ordinateur portable si gentil, si beau et si écologique, à vous les souris.



Ordinateur portable mon ami


(Bzzz pop, bruit de coupure de micro)


Ouh là là les souris se sont lancées à corps perdu dans le panégyrique dégoulinant de guimauve avec 23 adjectifs par subordonnée, les odes au président Mao font vraiment pâle figure en comparaison. Vous m'excuserez platement, mais pour ne pas avoir l'oreille qui colle, conserver une empreinte écologique raisonnable du site, et ne pas altérer durablement votre santé mentale, je vais assurer la traduction en direct et avec force censure, réécriture et interprétation biaisée.


Premier argument de taille, ou de poids comme vous voudrez, de notre ordinateur portable : sa taille, ou son poids, bref son faible encombrement. C'est un fait incontestable, même s'il existe quelques modèles exotiques à l'écran 17 ou 19 pouces dont on se demande bien comment on peut les soulever sans louer une grue, et les transporter sans louer un semi-remorque. De manière générale, l'ordinateur portable occupe donc une surface minimale sur son petit bureau, c'est propre et ça sent bon. Surtout si on ajoute l'absence apaisante de câbles, le détail qui dérange et rend fou les maniaques du rien qui dépasse quand on leur montre une unité centrale avec ses 200 câbles tentaculaires. Bref c'est la qualité principale du portable : il est portable ! Petit, sympathique, discret, il saura se faire oublier d'une pièce à l'autre, au point que vous pourrez vous assoir dessus lorsqu'il traînera au milieu de votre canapé.


Je me permets de mettre un petit bémol à ce tableau bucolique, car enfin ceci n'est vrai que si l'on omet la demi-douzaine de petits accessoires indispensables qui vont s'empiler gentiment autour de votre ordinateur, souris, clé usb, disque dur externe, clé wifi, chargeur de bidule truc, lecteur de carte pour l'appareil photo, casque, micro, webcam, presse purée bluetooth  et tout ce que vous voulez d'autre. Une fois que vous avez transformé votre bureau en cockpit de fusée intersidérale, vous conviendrez que le gain d'espace n'est pas flagrant, surtout si on se rappelle que l'ordinateur fixe, lui, consigne son gros bonhomme pataud et ses câbles disgracieux au fond du placard ou sous le bureau, pour le plus grand bonheur des souris vertes qui aiment se cacher derrière, et bien loin de l'ordinateur portable qui vous offre tout ce merveilleux barda au beau milieu de la table du salon. Fin de l'interruption, je repasse la parole à notre équipe à rayures jaunes.

Alors oui, évidemment et bien sûr bien sûr, tout le monde sait que l'ordinateur portable a une haute valeur esthétique. Je n'essaierai même pas de nuancer cette affirmation tant les unités centrales ont, pour les plus sobres d'entre elles, la subtilité d'une construction soviétique en pur béton armé alliée à l'élégance naturelle de tout élément de décor qui semble directement conçu par et pour des hordes d'adolescents chevelus à l'hygiène corporelle douteuse. Pas de discussion de ce côté, même si en vérité c'est rarement l'argument principal invoqué quand il s'agit de glorifier l'ordinateur portable, il faut dire que la mode change sans arrêt sur le design de ces petits objets, et que tout appareil d'il y a plus de 2 ans donne immanquablement l'impression qu'il a précédé l'invention du minitel.

Encore un argument qui fuse du côté de nos souris super zélées, à croire qu'elles n'ont pas compris dans quel sens allait cet article, il y en a qui vont finir de corvée de ramassage de petit bois pour l'hiver. Je cite directement : "l'ordinateur portable c'est super pratique car on peut se connecter partout, tout est sans fil". Hmm c'est vrai que, même si ça n'est pas du niveau d'un smartphone ou d'une tablette, on nage avec bonheur dans l'univers du Oui-Fils, bluetooth (mais rappelons que les dents bleues ne sont généralement pas le signe d'un état de santé très rassurant), et autre technologies sans fil. Alors oui, c'est peut-être pratique, mais si vous avez lu le formidable article sur les réseaux vous aurez peut-être compris que les technologies sans fil offrent généralement une fiabilité et des performances moins bonnes que les bons gros câbles vu les déperditions de signal, sans compter toutes les ondes maléfiques qu'elles vous envoient à la figure pour ce petit confort. En tous les cas, si on souhaite mettre cet argument en avant, on fera bien de taire l'argument d'économie d'énergie, parce qu'il est certain que toute technologie sans fil est plus consommatrice de ressources qu'une technologie filaire correspondante. Il suffit de voir que votre souris sans fil par exemple consomme une pile en plus de son petit récepteur branché sur un port USB, ne parlons pas du wifi qui demande d'alimenter en permanence des antennes côté émetteur comme récepteur, d'ailleurs la consommation de l'émetteur est en général oubliée quand on fait le bilan écologique de nos petits appareils.

Mais il se trouve que c'est justement l'argument principal soulevé par les partisans de l'ordinateur portable : il est incroyablement économe en énergie. Reconnaissons que dans ce domaine, des progrès immenses ont été faits ces dernières années, non pas pour sauver la planète, mais plutôt pour alimenter un effet rebond bien sympathique : continuer à faire augmenter le gabarit des machines (plus de processeurs, plus de mémoire, plus de composants réseaux de tout poils) et la densité en Programmation Avec Les Pieds au mètre carré sans faire fondre l'autonomie de ces petites bêtes comme neige au soleil. Donc, sans surprise, les portables n'ont qu'une autonomie marginalement meilleure d'année en année et, au prix de prouesses énergétiques démesurées, vous pouvez les utiliser pour faire la même chose qu'avant, mais en Super HD ou avec un processeur qui bat Deep Blue à plate couture avec les yeux bandés et une main dans le dos.

Pour en rester là momentanément, oui, il faut l'affirmer haut et fort, les ordinateurs portables sont devenus des modèles de sobriété et de décroissance, avec une consommation en watts minuscule, youpi pour eux. Mais il est plus que temps de voir ce qui se passe du côté de notre mésestimé ordinateur fixe, car lui aussi ne manque pas de qualités, loin s'en faut. On ouvre grand les oreilles pour donner la parole à nos souris vertes à pois orange, c'est parti.



Ordinateur fixe mon copain


Bon, on a déjà donné discrètement et avec une objectivité irréprochable quelques qualités des ordinateurs fixes, alors on va attaquer directement et de front l'argument de l'économie d'énergie. Ici nos souris le disent sans ambage : "c'est n'importe quoi cette discrimination honteuse".  En effet, si oui, les ordinateurs portables sont devenus plus économes en énergie, comment peut-on penser que les ordinateurs fixes n'ont pas bénéficié eux aussi des ces évolutions ? N'en déplaise à nos experts de l'ADEME, tous les ordinateurs fixes ne sont pas nécessairement des machines de guerre refroidies par des turbines d'avion, ce qu'on pourrait déduire hâtivement du fait que la plupart des unités centrales sont aujourd'hui dimensionnées pour la catégorie Gros Bourrin Du Lance Roquette, des joueurs raffinés qui souhaitent que les zombies se fassent massacrer en plusieurs millions de pixels et avec des effets de lumière d'un réalisme parfait. Evidemment dès qu'on dégaine la, voire les cartes graphiques qui vont permettre ces prouesses, ainsi que le reste des composants qui s'ensuit, notamment l'alimentation qui a la puissance d'une petite centrale thermique à elle toute seule, on fait monter bien vite la facture énergétique.


Mais, primo, la plupart des composants sont, comme ceux des portables, capables de gérer finement la consommation pour ne quasiment rien consommer au repos ou en faible charge. Deuxio, la comparaison n'est pas équitable car les ordinateurs fixes sont en général équipés d'éléments bien plus performants que les portables pour des gammes de prix équivalentes. A performance égale, je ne suis pas bien sûr que l'avantage soit très net en faveur de nos petits portables. Et tertio, et pif paf pouf, pour qui sait monter soi-même sa petite unité centrale, il est possible de choisir des composants extrêmement économes, de se passer même complètement de système de refroidissement, et finalement d'arriver à une facture énergétique totalement dérisoire qui ferait pâlir les bancs d'essai de SuperNumérique.fr.


Pour rester dans le registre de l'énergie et apporter le coup de grâce à l'argument écologique du portable, il faut aussi examiner le cycle de vie complet des appareils. Nos lecteurs les plus fidèles qui se seront précipités sur l'âge des Low Tech de Philippe Bihouix, un livre conseillé il y a peu dans un article ébouriffant que je ne peux que vous recommander chaudement (l'article comme le livre), auront compris bien vite ce qui dans le portable devrait soulever l'indignation générale, car cela viole tous les principes de la durabilité : une miniaturisation excessive qui signifie en début de chaîne gaspillage de matériaux et d'énergie (il faut des grosses machines bien puissantes pour faire des petits composants, eh oui), et en bout de chaîne difficulté, voire impossibilité de réutilisation et de recyclage.


Regardons au contraire l'unité centrale attentivement, et constatons ensemble avec stupeur qu'elle répond à tous les critères du Low Tech : les composants sont standardisés, facilement changeables, facilement réutilisables. C'est la raison pour laquelle vous pouvez sans crainte investir dans une unité centrale (sans super design propriétaire par contre, sous peine d'avoir des composants exotiques qui ne seront pas remplaçables) et la garder 10, 20 ans, voire plus, en changeant périodiquement un élément au besoin ou s'il défaille de sa belle mort. Je veux voir de la vidéo Super HD BlueDigital Display ? Je change ma carte graphique. Les normes réseau ont évolué ? Je change ma carte réseau (un tournevis et deux doigts sont nécessaires). Mon ordinateur fait un bruit de tracteur, je ne m'entends même plus l'invectiver ? Je change mon ventilateur (cette fois un seul doigt fera l'affaire). L'alimentation a cramé ? Je la remplace, tiens j'en profite pour en prendre une qui a un très haut rendement et une consommation minimale.


Alors que pour votre portable, la mort au choix de la prise casque, d'une touche du clavier, voire de l'écran quand tout le reste fonctionne parfaitement, sonnera à coup sûr son envoi immédiat à la casse. Et même si vous êtes un acharné de l'auto-réparation et prêt à ne pas compter vos efforts pour maintenir en vie et sous perfusion votre précieux ordi, vous buterez bien vite sur l"impossibilité de refaire des micro-soudures ou de remplacer des composants maison que le fabricant n'a jamais prévu de commercialiser à l'unité.


Alors, plus écologique vraiment le portable ?



Le super pote du futur : l'ordinateur fixe portable


On termine par une petite lueur d'espoir pour les gens qui décidément n'en veulent plus de ces grosses tours disgracieuses après toutes ces années de miniaturisation effrénée. Il existe des initiatives intéressantes qui font reconsidérer l'ordinateur portable même comme un gros patapouf. En effet, nonobstant le fait que l'on cherche toujours à nous refourguer des machines surdimensionnées pour regarder notre courrier ou aller consulter le site des Souris Vertes, si on analyse froidement les besoins de la grande majorité des gens en matière d'informatique on se rend rapidement compte que lesdits besoins sont couverts les doigts dans le nez par le premier téléphone venu. Pourquoi donc ne pas s'inspirer des composants les plus simples et les plus économes pour faire un pc minuscule, qui tient en fait sur l'équivalent d'une clé usb ? Autrement dit vous avez votre petite clé qui ne consomme rien, vous la connectez sur un écran, un clavier et une souris et zou vous voilà parti. Et ces petites bestioles existent déjà, pour tout vous dire, ça s'appelle PC-on-a-stick, comme ça se prononce.


Le problème, c'est qu'évidemment chacun y va de son petit design personnel et qu'on risque vite de retomber dans un schéma de miniaturisation extrême où rien n'est réparable. Heureusement il y a des projets qui tentent timidement de normaliser les designs et les composants embarqués pour rendre le tout plus robuste, et même des projets qui donnent un peu d'espoir de sortir de la spirale de la concurrence joyeuse à l'obsolesence généralisée, comme ce projet d'un ordinateur générique aux plans et au code entièrement libres lancé par l'excellent site de matériel ThinkPenguin, tenu par un pingouin très élégant qui vous fournit des composants génériques, libres, simples et fonctionnels. Espérons que ce genre d'initiative finira par percer et nous produire des ordinateurs plus simples et plus écologiques.


Allez, il est temps d'arrêter sur ce sujet, vous avez suffisamment de matière pour alimenter vos réflexions, et peut-être vous poser quelques questions au moment de remplacer l'ordinateur de tante Germaine qui vient de rendre l'âme. On félicite bien fort nos deux équipes de souris vertes qui ont mené ce débat dans les règles de l'art et l'esprit olympique et, vu la saison, on court avec elles chercher des champignons dans les bois !



>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 2 3

Infos blog

Des Souris Vertes

Derniers billets

Divers   25/05/2017
Les souris vertes s'invitent à la radio
Le Petit Geste du Jour   20/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
Dossier   11/05/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (7) : Je réinstalle mon système tout seul comme un grand
Le Petit Geste du Jour   06/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'écris un haïku pour me détendre
Divers   14/04/2017
Cultiver l'attente...
Club de lecture   25/03/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : la convivialité d'Ivan Illich
Le Petit Geste du Jour   09/03/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'enlève la signature automatique des messages
Polémiquons   27/02/2017
L'inquiétant mariage de la science et du numérique
Dossier   17/02/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (6) : J'adapte mon système à mes besoins
Club de lecture   12/02/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : une question de taille, d'Olivier Rey
Le saviez-vous ?   21/01/2017
Le saviez vous ? La voiture est un ordinateur sur roues
Dossier   10/01/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données
Dossier   30/12/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (4) : Je nettoie Windows à grands jets
Polémiquons   23/12/2016
Le Petit Geste de l'Année : je ne commande rien d'électronique au père noël
Le Petit Geste du Jour   11/12/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise un bloqueur de publicités
Dossier   27/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (3) : J'apprends à ne pas polluer mon ordinateur
Dossier   14/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
Dossier   05/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (1) : les souris vertes à la rescousse
Le Petit Geste du Jour   23/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise le mode avion même à pied
Système   16/10/2016
L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
Le Petit Geste du Jour   02/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : je gère la durée de vie de ma batterie
Club de lecture   17/09/2016
Les souris vertes ont lu pour vous : l'âge des low tech, de Philippe Bihouix
Système   21/08/2016
J'apprends à gérer mes mots de passe
Le Petit Geste du Jour   08/08/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'arrête d'inclure les messages quand je réponds
Polémiquons   30/07/2016
Ecole et numérique font-ils bon ménage ?
Le Petit Geste du Jour   19/07/2016
Le Petit Geste du Jour : j'arrête d'écrire mes mails en HTML
Chamois d"or   10/07/2016
Le saviez vous ? Il est possible d'être informaticien sous Windows sans se pendre
Messagerie   04/07/2016
L'incarnation du mal : la pièce jointe dans les mails
Le Petit Geste du Jour   26/06/2016
Le Petit Geste Du Jour : Je réduis la luminosité de mon écran
Divers   18/06/2016
Stop à l'imprimante jetable
Dossier   12/06/2016
Grandeurs du monde numérique (6) : Réseaux en folie
Le Petit Geste du Jour   05/06/2016
Le Petit Geste du Jour : j'éteins ma box quand je ne m'en sers pas
Le saviez-vous ?   31/05/2016
Le saviez-vous : Google n'est pas le seul moteur de recherche ?
Dossier   25/05/2016
Grandeurs du monde numérique (5) : Dans la jungle des écrans
Le Petit Geste du Jour   20/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je mets mes sites favoris... en favoris
Le Petit Geste du Jour   15/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je change la page de démarrage de mon navigateur
Dossier   14/05/2016
Grandeurs du monde numérique (4) : Les spectaculaires performances des jeux vidéos
Le saviez-vous ?   12/05/2016
Le saviez-vous : à quoi sert l'économiseur d'écran ?
Dossier   08/05/2016
Grandeurs du monde numérique (3) : Monsieur Herz mesure la solitude du processeur
Dossier   06/05/2016
Grandeurs du monde numérique (2) : Octets et compagnie, les rois du stockage
Dossier   05/05/2016
Grandeurs du monde numérique (1) : c'est gros, c'est petit ?
Divers   04/05/2016
Les souris partent à l'aventure


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Des Souris Vertes
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page