Ico Chamois d"or
Ico Polémiquons
Ico Le saviez-vous ?
Ico Dossier
Ico Club de lecture
Ico Le Petit Geste du Jour
Ico Réseau
Ico Messagerie
Ico Navigateur
Ico Système
Ico Multimedia
Ico Divers

Divers
Tri  


Cultiver l'attente...
Date 14/04/2017
Ico Divers
Comms Aucun commentaire

"Sous la lune voilée

Les fleurs de Kaido

Sommeillent"


Nagata Koi (1900-1997)


Bon, d'accord, il faut le reconnaître, les souris vertes renâclent au travail en ces belles journées de printemps, et il est bien difficile de les faire assoir derrière un bureau pour qu'elles nous dispensent un peu de ces remarquables conseils dont elles ont le secret. Moi-même, je dois dire, je suis épuisé de courir après elles toute la journée sans parvenir à les rassembler plus de deux minutes consécutives pour une session experte de Petits Gestes en jus ou de confiture de Grand Dossier.


Mais, justement, cette situation bien inconfortable à la rédaction des Souris Vertes est l'occasion d'aborder un sujet qui, pour une fois, sera moins prosaïque que le réglage de la luminosité de l'écran ou le nombre d'octets traités par un processeur. Disons le tout net, ce blog est une honte qui méprise toutes les règles de l'art en la matière, en inondant les pauvres lecteurs de milliers de signes (fort heureusement encodés de manière très efficace, donc sans dommage notable pour l'environnement), alors que l'on sait bien qu'il faut faire court et percutant, et en suivant un rythme de publication qui ressemble à la course de l'escargot en pleine sieste.


Eh bien précisément, cher lecteur, puisqu'il va te falloir patienter encore et encore jusqu'à la publication d'un article digne de ce nom (on n'ose même plus espérer la suite de notre Grand Dossier du Moment, qui s'éternise alors même que le désarroi envahit les foules), prenons quelques instants pour méditer sur cette patience nécessaire, et sur notre rapport au Temps, et la majuscule n'est pas de trop.


Un des paradoxes de notre société ultra-numérisée actuelle est que, bien qu'elle nous offre des moyens de communications toujours plus efficaces, voire quasi instantanés, nous n'avons jamais vécu aussi peu dans le présent. Le passé, c'est entendu, n'a aucune valeur, bien vite obscurci par des flots d'information qui le recouvrent et l'ensevelissent en un clin d'oeil. Mais, bien que la liesse de consommation ambiante se présente sous des dehors hédonistes qui affirment que nous sommes de joyeux drilles qui savons jouir du présent comme personne, la vérité est que nous ne nous y arrêtons jamais, dans ce fameux présent. Pourtant, on ne peut pas dire que nous soyions tournés non plus vers l'avenir, qui n'est pas particulièrement radieux si on le regarde d'un peu trop près ou que l'on se prend à écouter un instant les prédictions de fin du monde dont nous sommes quotidiennement bombardés. Tout au plus pourra-t-on choisir son poison, guerre mondiale totale pour les ressources fossiles restantes, asphyxie par pollution généralisée de l'air et de l'eau, famine monumentale, désertification de toutes les régions habitables du globe. Brrr, non merci le futur.


Alors quel temps habitons-nous donc, à vivre ainsi à la vitesse de l'électron, connectés par tous ces appareils numériques ? Si je devais le qualifier, je l'appellerais le temps de l'instant d'après. Jamais totalement relâchés et attentifs à ce qui nous entoure, toujours en anticipation du message qui vient, de la nouvelle qui tombe, du rendez-vous qui suit, nous resterons rivés à nos écrans à attendre, mais attendre quoi ?, quand bien même ce que nous souhaitons de plus cher viendrait s'assoir discrètement à nos côtés. La consommation excessive de séries télévisées, dont l'auteur a dû suivre une cure de désintoxication carabinée pour s'extraire, participe très exactement de ce mouvement permanent vers l'après, la suite de la suite de la suite de la suite, la série parfaite étant celle qui n'aurait jamais de fin.


Ainsi, comme un joueur d'échecs frénétique en permanence en train de penser au coup d'après, nous sommes toujours tendus vers un ailleurs et un après et n'habitons que bien rarement l'instant et le lieu que notre corps occupe. Bien sûr, tous ces travers ne sont pas l'apanage des Technologies de Communication et d'Information ; il est tout à fait possible de s'évader dans un livre par exemple, ou même simplement dans ses pensées, et c'est sans aucun doute indispensable pour conserver un rapport équilibré au monde et à notre environnement. Mais, ce que permettent nos petits outils numériques et nos connexions permanentes, c'est un mode de retrait permanent et d'effacement total. Que vous soyez au fond de votre canapé, noyé dans la foule du marché, planté en plein désert ou perdu au milieu d'une forêt, quelques petits gestes suffisent pour bannir le monde et le tumulte ambiant et vous retrouver dans votre petit univers numérique familier. Pouvoir fascinant s'il en est, mais ô combien dangereux s'il finit par anesthésier notre relation au réél et à nous rendre incapable de sentir, de goûter, d'observer, et surtout d'attendre.


Car l'attente est le lieu formidable des petites surprises qui manquent cruellement à notre univers surdéterminé et entièrement prédictible. Parfois même la surprise naît du fait qu'il n'y a pas eu de suprise, et n'est-ce pas déjà un motif d'étonnement joyeux ? Alors, oui, militons pour l'attente partout et tout le temps, pour ces belles occasions de lever le nez au ciel, de regarder à nos pieds, de s'extasier sur les gens qui passent. Attendre au feu rouge, attendre le bus, arriver en avance même à nos rendez-vous pour nous offrir ces petits moments gagnés sur le temps qu'on ne veut pas perdre.


Attendre cet oiseau qui se pose à quelques pas. Attendre ce nuage qui ne se presse pas. Attendre la pluie qui ne vient pas.


Et surtout attendre le formidable prochain article des souris vertes !


"Mon reflet dans le miroir

J'attends

Qui bougera le premier ?"


Midoriro no Mausu (la Souris Verte)



>Voir le billet et ses commentaires...
 

Le Petit Geste Du Jour : Je réduis la luminosité de mon écran
Date 26/06/2016
Ico Le Petit Geste du Jour
Comms Aucun commentaire

Une souris verte fait son petit geste du jour

"La pleine lune brille

Sur les nattes

Ombres de pins"


Takarai Kikaku (1661-1707)


Aujourd'hui on s'intéresse tout spécialement à nos Petits Compagnons les appareils mobiles, téléphones, tablettes, ordinateurs portables, liseuses, appareils photo, caméscopes, bref tout ce que vous pouvez imaginer de près ou de loin qui a un écran et qui se transporte sans l'aide de trois ou quatre déménageurs bretons. Tous ces appareils ont deux choses en commun. Enfin sûrement plus en fait, mais là pour les besoins de l'article on va faire comme si.


Deux choses donc. Devinerez-vous lesquelles ?  Ah ah oui, effectivement, il y en a une qui est super facile à trouver vu qu'on vient d'en parler : l'écran. Donc tous nos appareils possèdent un écran. Et ? Qui a dit un mode d'emploi ? Franchement, pas du tout, c'est totalement irréaliste si vous avez acheté votre appareil avec juste un petit ruban de plastique autour dans un petit magasin chinois souterrain, ou sur le bon coin si vous êtes un recycleur convaincu (ou tout simplement fauché). Une autre proposition peut-être ? Ah, j'ai une réponse que je trouve fort savoureuse de la part d'une petite souris verte espiègle : un humain qui les transporte partout. Bien vu ! Mais ça n'est pas encore la bonne réponse. Allez, je ne vais pas vous laisser donner votre langue au chat, sans quoi les souris vont détaler à toutes jambes, et je vous le donne tout cuit : tous ces appareils comportent une batterie.


Quel rapport avec la choucroute me direz-vous ? Euh, avec la choucroute, pas grand chose, sauf si à force de tripoter votre écran avec des doigts gras vous n'y voyez plus rien dessus et que ça vous oblige à augmenter les réglages. Par contre, entre batterie et écran, c'est un peu une histoire sombre (sans mauvais jeux de mots) de frères ennemis qui se livrent une lutte à mort, où tous les coups sont permis et où le sang coule à flots. Il y a une bonne raison à cela : l'écran est en fait LE composant qui consomme du watt, du kilowatt, du mégawatt, un vrai boulimique d'énergie. Quelle que soit la fonction de votre appareil, quand bien même ça serait un lecteur audio ou un GPS, c'est son écran qui pompe toute la batterie dès qu'il est allumé. Alors, dans cette guerre sans merci, les Souris Vertes ont clairement choisi leur camp, celui de la batterie. Pourquoi donc ? Après tout ces saloperies (et je pèse mes mots) au lithium quasiment pas recyclables, qui perdent la moitié de leur capacité en deux ans, polluent pour les produire, puis encore plus quand on les jette, ne méritent-elles pas notre mépris le plus total si on a un tant soit peu de conscience écologique ? Oui, trois fois oui.


Mais il faut dire tout de même une chose de la batterie, si on la retire l'appareil ne fonctionne plus. Ce qui, vous le remarquerez, n'est pas nécessairement le cas de l'écran, même si, je le concède, quand il ne marche plus du tout ça devient compliqué d'utilisation.  Donc déjà la batterie, on devra vivre avec même avec ses défauts. Mais surtout, notre argument massue, la santé de la batterie est en fait ce qui conditionne la durée de vie de l'appareil. Etant donné que ces composants abominables ne sont souvent pas remplaçables, sauf si vous avez le courage de les expédier au bout du monde pour le prix modique d'une transplantation cardiaque, et d'attendre sagement quelques décennies pour qu'on vous renvoie un appareil où l'on a expertement changé la Carte Bidule dont vous n'aviez que faire, mais où la batterie est très exactement la même. Bref, autant dire qu'une fois que la batterie est à plat, c'est plus ou moins la poubelle assurée, vu qu'il y a un intérêt limité à avoir un appareil portable dont l'autonomie avoisine les dix minutes tout mouillé.


Donc, même si ça nous coûte, nous militons activement pour la préservation de la batterie. Et pour ça, il existe un Petit Geste tout bête, tellement simple qu'on s'en voudra de ne pas y avoir pensé plus tôt : demander gentiment à l'écran d'arrêter de tout bouffer. Si vous avez lu notre article sur les écrans, vous devez vous souvenir que le moyen le plus efficace serait sans doute de baisser sa résolution, généralement bien trop élevée pour les usages du quotidien. Seulement l'affichage devient totalement baroque quand on demande à un écran de fonctionner hors de sa résolution native, et de toute manière cela ne fera pas baisser le nombre extravagant de cellules qu'il faut alimenter à grand coup de jus de batterie. On va donc se rabattre sur un autre moyen beaucoup plus simple et néanmoins très efficace, que vous connaissez déjà puisque vous avez lu le titre : baisser la luminosité.


Avant que vous ne montiez sur vos grands chevaux et que vous ne commenciez à crier au scandale, et comment je mets les enfants devant une vidéo pour avoir la paix si l'écran est tout sombre, et comment je peux jouer aux pingouins qui font des courses à ski si j'y vois rien, et tout ce qui s'ensuit, je me dépêche de préciser que les écrans d'aujourd'hui ont des luminosités maximales De Maboul. Ils sont conçus grosso modo pour rester lisibles en plein désert, à contre-jour, en plissant les yeux et avec deux paires de lunettes de soleil superposées. Admettez que vous n'êtes pas souvent dans ces conditions extrêmes. Et puis il faut compter aussi sur le fait que votre oeil aura vite oublié que les couleurs ne sont pas aussi éclatantes que si elles avaient été lavées avec la lessive X de Mme Michu, donc dans les deux minutes où vous aurez baissé la luminosité vous ne vous en apercevrez même plus. Allez-y, essayez, 50%, 30%, voire encore moins si vous regardez l'écran dans le noir. Non seulement vous aurez amélioré notablement la durée de vie de votre petit copain, mais en plus vous vous aurez permis à la sécu d'épargner de grosses dépenses ophtalmologiques. Et, parce qu'un miracle n'arrive jamais seul, cette petite recette s'applique à tout ce qui a un écran, oui, même votre calculatrice, votre téléviseur, votre four-micro-ondes, votre ordinateur de bord automobile et votre souris téléguidée.


Alors on envoie des courriers de remerciements par millions aux souris vertes qui vous aident à sauver tout à la fois les humains, les machines, le système de santé et la planète !






>Voir le billet et ses commentaires...
 

Stop à l'imprimante jetable
Date 18/06/2016
Ico Divers
Comms 1 commentaire

Une souris voit une imprimante jetable

"Sur du papier à pharmacie

Je jette des poèmes

Nuit glacée"


Kaneko Tota (1897)


Autant vous prévenir tout de suite : cet article est une commande. Aaaaaaargh ! Traîtrise et trahison ! C'était trop beau pour être vrai, les souris vertes sont donc elles aussi vendues à l'Empire du Mal et ne sont qu'une façade (très élégante) destinée à nous vendre de la camelote numérique au rabais ? Quels sont donc les sponsors horribles qui se cachent derrière ce site ? Combien de marées noires, de mines à ciel ouvert, de fontes de glacier sa fréquentation massive finance-t-elle secrètement ? Le lavage vert à coups de souris vertes, vraiment il n'y a plus de limites à la bassesse humaine.


Allons allons, on se calme et on respire un grand coup. Il ne s'agit pas du tout de cela car, sachez-le, les souris vertes reçoivent un courrier des lecteurs incroyablement volumineux, des dizaines de milliers de millions de milliards de lettres par jour pour nous encourager et nous proposer des idées géniales d'articles. Et, parmi tout ce courrier, une lettre fort touchante qui nous vient du petit François P., 8 ans, et qui nous demande ceci : "est-il possible de trouver une imprimante écologique ?" N'est-ce pas attendrissant de voir un enfant s'intéresser à une si noble cause plutôt que d'aller passer ses journées sur son profil Facebook ou sa console ? Certains adultes devraient en prendre de la graine. Vous comprenez bien que, dans ces conditions, les souris vertes n'ont d'autre choix que de se mettre en quatre pour répondre à notre jeune lecteur, dans une activité frénétique et un branle-bas généralisé.


Il faut préciser tout de même que, si le choix nous était donné, nous préfèrerions largement attaquer de front certains des problèmes les plus difficiles de la science moderne, comme la démonstration de la conjecture de Dunbach-Goldberg, ou bien la mise en évidence expérimentale de la loi quantique de Shroedingus (celle qui affirme qu'une souris peut être en même temps verte et bleue). C'est que le problème posé par notre ami est d'une complexité redoutable. En effet, l'imprimante est sans doute la démonstration la plus exemplaire d'obsolescence programmée, un appareil à la mécanique en papier mâché qui, si vous vous appelez Mc Gyver et que vous possédez une trousse à outils turbonucléaire, pourra sans doute tenir sans vous lâcher le temps de l'impression d'une ou deux feuilles recto-verso. Si on allie à ça un software intégré qui fait pâlir d'envie les meilleurs spécialistes de la Programmation Avec Les pieds, on comprend que le sujet du jour est un défi bien costaud.


Ajoutons pour finir de noircir le tableau que les souris vertes, qui ne travaillent ni dans une société de dépannage de matériel informatique, ni dans une officine de service après-vente de produits électroniques jetables, peuvent s'enorgueillir d'une expérience tout à fait nulle en la matière, nonobstant la possession de la seule imprimante de la galaxie qui affiche 15 ans de bons et loyaux services, sans passage de vaisselle par la fenêtre ni consommation de 65 cartouches d'encre par mois.

Tout cela ne va bien évidemment pas nous empêcher de dispenser notre avis à la truelle géante, ah ça non. Aucun miracle en perspective, mais quelques conseils de bon sens qui devraient vous aider à cheminer sur la Voie de la Sagesse Numérique.


Règle numéro 1 : foin de gadgets et fonctions superfétatoires


Il est certain qu'on se laisserait facilement tenter par ces imprimantes multifonctions modernes qui promettent de faire scanner, fax, photocopieur, téléphone, baromètre, chauffe-plat et réveil-matin tout à la fois, et tout ça pour le prix d'une tasse de café. Mais c'est une bien mauvaise idée, pour deux raisons simples. Tout d'abord, de par sa nature, le multifonction est anti-écologique, puisque dès qu'un élément se met à planter il n'y a plus qu'à remplacer l'appareil ou à lui en adjoindre un autre, alors que tout le reste fonctionne par ailleurs. Et, deuxième argument de poids, dans le cas précis des imprimantes le multifonction signifie plus de mécanique en carton pour vous rajouter des bacs dans tous les sens, des capteurs censés comprendre ce que vous voulez faire (où est inséré le papier, par exemple), avec un risque de défaut maximal qui rendra l'appareil inutilisable assez rapidement. Croyez-moi, mieux vaut une bonne vieille imprimante qui ne sait qu'imprimer, avec un seul bac ce chargement, horizontal de préférence pour éviter les bourrages à répétition. C'est dit !


Règle numéro 2 : pas d'électronique, que de la mécanique


Tiens tiens, une petite souris me fait remarquer qu'il ne m'a fallu que deux règles pour me contredire, vive la logique floue. Alors oui, c'est vrai, on vient de dire beaucoup de mal de la mécanique qui équipe les imprimantes, et voilà qu'on se met à la vanter. Eh bien il faut le dire, la qualité abyssale du matériel est vraiment une goutte d'eau minuscule face à l'océan de médiocrité du logiciel qu'elle intègre. Si vous avez la chance de posséder une imprimante qui a son propre écran, son petit processeur et son système d'exploitation copain, vous connaissez sans doute les joies de l'affichage qui plante, du logiciel qui bugue sans arrêt, essaie de vous faire faire autre chose que ce que vous vouliez ou vous contraint à passer deux heures à saisir sur un pavé tactile totalement indigent ce que vous auriez pu faire en 3 secondes depuis votre clavier.

Bref, comme pour les voitures dites modernes, on fuira ces imprimantes dernier cri qui embarquent leur ordinateur de bord, qui va multiplier gentiment les risques de panne et rendre l'appareil impossible à réparer.

Dans la même veine, je serais tenté de disqualifier également ces imprimantes qui embarquent des cartes réseaux et qui vont vous dépenser de l'énergie pour rien à écouter le Oui-Fils, sans compter que ça vous oblige à émettre des ondes maléfiques pour lui parler. Ce qu'on veut, c'est un bon vieux bloc bien lourdaud, piloté par du gros câble et qui ne parle pas aux humains, mais seulement à notre ordinateur par petits octets bien choisis.


Règle numéro 3 : pas de couleur, la vie est aussi belle en nuances de gris


Ah oui, désolé pour les artistes incompris, mais côté écologie la couleur pour l'impression ça craint carrément. Car pour ce petit confort, qui, reconnaissons-le, n'est pas essentiel à la survie de l'espèce, on passe allègrement d'une seule encre noire à quatre encres différentes : le noir toujours, puis le jaune, le magenta et le cyan. Allez savoir comment imprimer une souris verte avec ce fatras ! Il doit sûrement y avoir une bonne raison de ne pas avoir du rouge, bleu et vert comme tout le monde, mais personnellement le sujet ne m'intéresse pas trop vu le gaspillage énorme d'encre que tout cela implique. Sans compter la fameuse loi du Premier Arrivé, Premier Jeté : l'imprimante ne videra pas à la même vitesse les différentes couleurs, et avec certains fabricants peu scrupuleux vous vous retrouverez à devoir les racheter toutes ensemble, pour le plus grand bien de la planète et de votre portefeuille.


Règle numéro 4 : pas de jet d'encre, sauf si tu aimes jeter l'encre


Alors là je précise tout de suite avant que des associations de consommateurs ne me tombent dessus à bras raccourcis : je ne suis pas en train de dire que les imprimantes laser ne sont pas polluantes. A vrai dire, plein d'études montrent que les petites particules qui composent leur toner sont des sources de pollution majeures dans des environnements confinés, voire des cancérigènes probables, et on imagine ce qui peut bien se passer de sympathique pour l'environnement quand on envoie tout ça à la benne. Et, sans vouloir finir de faire paniquer complètement les souris déjà inquiètes, ne soyons pas trop naïfs concernant les politiques de recyclage de ces objets ; ce n'est pas parce qu'on fait semblant de les collecter dans votre grande surface du coin que ça ne finit pas dans un coin de décharge, de préférence dans un pays dit en voie de développement.

Mais c'est que côté jet d'encre la situation est encore bien pire. Non seulement les encres sont faites d'un cocktail chimique à côté duquel le gloubi-boulga de Casimir ressemble à de l'eau pure, mais en plus la technique du jet d'encre porte bien son nom : elle en utilise des méga-tonnes à chaque fois qu'il s'agit d'imprimer le moindre caractère. Personnellement je frémis à la vue de ces gens qui, en toute innocence, impriment des photos ou des documents scannés avec ce genre d'appareil. Ils peuvent déjà se faire un petit stock de cartouches pour l'hiver, à côté du tas de bois au pied de la cheminée. Enfin, euh, pas trop près quand même pour éviter des émanations néfastes dans le cas où le plastique se mettrait à chauffer.
 
Je concède qu'il est bien difficile de choisir entre deux maux des plus pénibles. Le mieux pour ne pas risquer de causer des dommages à l'environnement serait encore de s'abstenir d'imprimer, d'aller plutôt vous occuper de vos tomates et de préférer au jet d'encre le jet d'eau. Mais si avez besoin d'une imprimante et que vous ne tenez pas à repayer 20 fois le prix en cartouches de votre appareil (la raison de son prix dérisoire), ni à vous retrouver à générer des tonnes de déchets encrés à votre corps défendant, fuyez cette technologie diabolique comme la peste.


Règle numéro 5 : ne JAMAIS installer les logiciels livrés avec l'imprimante


Impossible de ne pas s'y conformer, c'est un impératif catégorique comme dirait Kant, même si je ne pense pas qu'il parlait des petits cd-roms livrés avec votre imprimante. Il aurait bien dû car il s'agit là d'un Problème Majeur, bien plus que la critique de la raison  dialectique ou toute autre occupation oisive du même acabit. On peut même affirmer qu'il s'agit d'une règle universelle s'appliquant à tous les périphériques informatiques quels qu'ils soient : ne JAMAIS (insistance lourde) installer les logiciels qui sont livrés avec. Mais dans le cas précis de l'imprimante le problème se pose avec plus d'acuité encore, car, allez savoir pourquoi, il s'agit des appareils qui remportent haut la main et sans compétition la palme des Logiciels Inutiles et Invasifs, ceux-là même qui vont passer leur temps à faire ramer votre ordi des années après que vous les aurez totalement oubliés. Et en plus de cela ils sont fournis par dizaines de milliers, du logiciel de retouche d'image à celui qui va piloter le niveau de votre cartouche d'encre, en passant par celui qui va vous permettre de composer vos albums photos sur internet, et je ne sais quelle autre niaiserie. On ne peut que rester béat d'admiration devant l'imagination sans limite des constructeurs dans ce domaine.

Ainsi, à moins de chercher à transformer son ordinateur en poubelle, on laissera bien gentiment toute cette camelote de côté et on n'installera que les pilotes nécessaires (pour ceux qui ne voient pas comment faire, on en reparlera dans un grand dossier à venir). Et si vous cherchez des logiciels pour traiter vos images ou autre, croyez-moi, vous trouverez bien mieux ailleurs.


Règle numéro 6 : un tiens vaut mieux que deux tu l'auras dans l'os


Cette règle énigmatique revient à dire que c'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes, ou pour transposer ça dans un langage un tantinet plus morderne c'est dans les vieilles machines qu'on fait les meilleures impressions. Autrement dit il vaut mieux se chercher un bon vieux modèle du temps où les choses ne se déglinguaient pas simplement à les regarder. Ceci permettra par la même occasion de mettre à profit le travail de toutes ces petites associations qui remettent en circuit des appareils électroniques usagés. L'imprimante est typiquement le bon candidat pour ce type de récupération, étant donné que la technologie n'a pas évolué d'un pouce depuis une vingtaines d'années, et que la robustesse des modèles ne s'améliore pas avec le temps, pour le dire avec beaucoup de retenue. Bref, on se précipitera avec bonheur au choix chez son petit réparateur du coin, dans les associations de revente d'objets usagés ou sur un site de petites annonces d'occasion pour y faire son choix.


Règle numéro 7 : partage ton appareil quand faire se peut

Voilà encore une règle qui devrait s'imposer à tous comme une évidence.. Comme la voiture, l'imprimante est à l'arrêt 99% de son temps de vie. Quel sens y a-t-il à ce que chacun possède la sienne propre ? Dans la mesure du possible, étant donné que les besoins d'impression sont de plus en plus réduits, on mutualisera l'engin avec ses voisins, ses amis, son poisson rouge, son hamster, son association de quartier et tout ce qu'on pourra imaginer d'autre.



Sur ce nous en avons terminé avec nos conseils du jour. Pour respecter l'environnement, veuillez ne pas imprimer cet article. Pour respecter l'environnement de l'environnement, veuillez ne pas mettre cet avertissement partout où vous mettez un texte qu'un quidam serait susceptible d'imprimer.

Allez on remercie le petit François pour sa question, et on le laisse aller se coucher au mileu de plein d'acclamations de souris vertes !





>Voir le billet et ses commentaires...
 


Infos blog

Des Souris Vertes

Derniers billets

Polémiquons   06/03/2018
A bas le 'c'est pratique'
Le Petit Geste du Jour   04/02/2018
Le Petit Geste Du Jour : je me dirige sans GPS
Club de lecture   21/01/2018
Les souris vertes ont lu pour vous : l'économie symbiotique, d'Isabelle Delannoy
Le Petit Geste du Jour   05/01/2018
Les 5 gestes totalement vraiment incontournables de l'écologie numérique
Le Petit Geste du Jour   22/12/2017
Le Petit Geste de Noël : je ne renouvelle pas ma panoplie numérique
Dossier   16/12/2017
La Programmation Responsable (6) : des sites webs écologiques tu concevras
Dossier   07/12/2017
La Programmation Responsable (5) : les structures de données tu maîtriseras
Dossier   28/11/2017
La Programmation Responsable (4) : de spammer ta base de données tu cesseras
Dossier   18/11/2017
La Programmation Responsable (3) : de déléguer la programmation tu éviteras
Dossier   04/11/2017
La Programmation Responsable (2) : de ricaner en cours d'algorithmique tu arrêteras
Le Petit Geste du Jour   24/10/2017
Le Petit Geste Du Jour : je nettoie ma boîte de messagerie
Dossier   16/10/2017
La Programmation Responsable (1) : Ce dossier tu liras
Réseau   05/10/2017
Mes données dans le cloud : écologique ou pas ?
Dossier   26/09/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (8) : J'apprends à reconnaître et changer le matériel
Le Petit Geste du Jour   10/09/2017
Le Petit Geste De La Rentrée : j'arrête le streaming
Divers   25/05/2017
Les souris vertes s'invitent à la radio
Le Petit Geste du Jour   20/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
Dossier   11/05/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (7) : Je réinstalle mon système tout seul comme un grand
Le Petit Geste du Jour   06/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'écris un haïku pour me détendre
Divers   14/04/2017
Cultiver l'attente...
Club de lecture   25/03/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : la convivialité d'Ivan Illich
Le Petit Geste du Jour   09/03/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'enlève la signature automatique des messages
Polémiquons   27/02/2017
L'inquiétant mariage de la science et du numérique
Dossier   17/02/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (6) : J'adapte mon système à mes besoins
Club de lecture   12/02/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : une question de taille, d'Olivier Rey
Le saviez-vous ?   21/01/2017
Le saviez vous ? La voiture est un ordinateur sur roues
Dossier   10/01/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données
Dossier   30/12/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (4) : Je nettoie Windows à grands jets
Polémiquons   23/12/2016
Le Petit Geste de l'Année : je ne commande rien d'électronique au père noël
Le Petit Geste du Jour   11/12/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise un bloqueur de publicités
Dossier   27/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (3) : J'apprends à ne pas polluer mon ordinateur
Dossier   14/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
Dossier   05/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (1) : les souris vertes à la rescousse
Le Petit Geste du Jour   23/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise le mode avion même à pied
Système   16/10/2016
L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
Le Petit Geste du Jour   02/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : je gère la durée de vie de ma batterie
Club de lecture   17/09/2016
Les souris vertes ont lu pour vous : l'âge des low tech, de Philippe Bihouix
Système   21/08/2016
J'apprends à gérer mes mots de passe
Le Petit Geste du Jour   08/08/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'arrête d'inclure les messages quand je réponds
Polémiquons   30/07/2016
Ecole et numérique font-ils bon ménage ?
Le Petit Geste du Jour   19/07/2016
Le Petit Geste du Jour : j'arrête d'écrire mes mails en HTML
Chamois d"or   10/07/2016
Le saviez vous ? Il est possible d'être informaticien sous Windows sans se pendre
Messagerie   04/07/2016
L'incarnation du mal : la pièce jointe dans les mails
Le Petit Geste du Jour   26/06/2016
Le Petit Geste Du Jour : Je réduis la luminosité de mon écran
Divers   18/06/2016
Stop à l'imprimante jetable
Dossier   12/06/2016
Grandeurs du monde numérique (6) : Réseaux en folie
Le Petit Geste du Jour   05/06/2016
Le Petit Geste du Jour : j'éteins ma box quand je ne m'en sers pas
Le saviez-vous ?   31/05/2016
Le saviez-vous : Google n'est pas le seul moteur de recherche ?
Dossier   25/05/2016
Grandeurs du monde numérique (5) : Dans la jungle des écrans
Le Petit Geste du Jour   20/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je mets mes sites favoris... en favoris
Le Petit Geste du Jour   15/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je change la page de démarrage de mon navigateur
Dossier   14/05/2016
Grandeurs du monde numérique (4) : Les spectaculaires performances des jeux vidéos
Le saviez-vous ?   12/05/2016
Le saviez-vous : à quoi sert l'économiseur d'écran ?
Dossier   08/05/2016
Grandeurs du monde numérique (3) : Monsieur Herz mesure la solitude du processeur
Dossier   06/05/2016
Grandeurs du monde numérique (2) : Octets et compagnie, les rois du stockage
Dossier   05/05/2016
Grandeurs du monde numérique (1) : c'est gros, c'est petit ?
Divers   04/05/2016
Les souris partent à l'aventure


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Des Souris Vertes
> Divers
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page