Ico Chamois d"or
Ico Polémiquons
Ico Le saviez-vous ?
Ico Dossier
Ico Club de lecture
Ico Le Petit Geste du Jour
Ico Réseau
Ico Messagerie
Ico Navigateur
Ico Système
Ico Multimedia
Ico Divers

Résultat de votre recherche


Au secours, mon ordi est lent ! (4) : Je nettoie Windows à grands jets
Date 30/12/2016
Ico Dossier
Comms Aucun commentaire

Une petite souris arrose à grands jets


"Commencement de l’hiver –

Le soleil léger du matin

Naît de l’arrosoir"


Uejima Onitsura (1660-1738)


Je vois déjà nos fidèles lecteurs soupirer d'aise à la lecture de ce titre accrocheur. Enfin ! Il était plus que temps qu'on prenne le soin de régler son compte une bonne fois pour toutes à ce scregneugneu d'importun de système Windows, celui-là même qui fait régner la terreur jusqu'au fond des bureaux et des terminaux de gare, et a fait périr sans merci des générations d'ordinateurs personnels pourtant encore dans leur prime jeunesse.


Avant d'appeler le professeur Souriso à la barre pour nous témoigner de ses recherches très avancées en matière de lutte contre l'encrassement windowsal (un adjectif qui vient tout juste de rentrer dans le Larousse après des débats houleux à l'académie française), nous nous devons de renvoyer vers notre précédent article les nouveaux venus sympathiques qui nous rejoindraient en route et n'auraient pas pris le temps de le parcourir, puisqu'il dénombrait l'ensemble des méfaits à ne pas commettre pour achever sa petite machine d'un seul coup d'index. En effet, cet article va vous expliquer comment nettoyer votre système, mais le minimum syndical est tout de même de ne pas l'inonder sans arrêt de nouveaux Virus de La Mort par des négligences répétées, sans quoi il finira par être difficile de faire quoi que ce soit pour ranimer votre machine sans passer par une réinstallation complète.


Nous nous excusons également auprès du pourcentage infinitésimal de personnes qui vivent à l'abri des vicissitudes que nous allons tâcher de soulager aujourd'hui, car ayant le loisir de pâturer quotidiennement et gaiement dans des systèmes d'exploitation plus verdoyants. Mais, s'il est toujours possible de se passer de l'affreux Windows sur votre ordinateur personnel, même si cela demandera quelques efforts si vous n'êtes pas l'Oncle Picsou et que vous ne résolvez pas le problème à coup de millions de dollars en vous orientant vers du matériel à la pomme qui clignote, il est peu probable que vous ayez cette latitude dans un contexte professionnel où la quasi majorité des entreprises ont décidé d'engraisser sans vergogne le Big Brother de l'informatique bureautique. Et cet état de fait grave pour la santé mentale des populations au travail se perpétue par simple principe d'habituation au pire, et aussi suivant le fameux comportement moutonnier qui veut qu'on fasse comme le voisin, le voisin du voisin et son prédécesseur. Aux souris vertes, on aime bien les moutons, surtout s'ils sont verts, mais il est tout de même affligeant de voir que même nos petites souris ne peuvent échapper à ce raz-de-marée et se retrouvent à devoir sauver l'humanité des conséquences de décennies de politique indigente en matière d'équipement logiciel.


Or donc, nous avons dispensé dans les premiers articles de notre fantastique dossier des conseils bien utiles pour la survie en milieu informatique hostile, mais il faut tout de même reconnaître que, vu l'état de désertion de la pensée qui préside à la conception des systèmes Windows, même l'application la plus scrupuleuse de tous les principes estampillés d'un petit muridé vert ne pourra vous prémunir complètement d'un empâtement progressif de votre système. Il faudra donc se résoudre à lui faire subir périodiquement une petite cure aux extraits de plantes si vous ne souhaitez pas qu'il se transforme à terme en un bibendum joufflu incapable de répondre à la moindre sollicitation sans s'endormir entre deux instructions. Et, bien sûr, il faut aussi répondre à toutes ces personnes courageuses qui ont soigneusement noté leurs bonnes résolutions pour la prochaine année, mais ne savent pas comment se dépatouiller d'un système aujourd'hui en piteux état.


Nous allons donc présenter ici notre petite pharmacopée de remèdes totalement respectueux de la faune et de la flore, garantis sans bisphénol A et sans diméthylbenzène, mais dont l'efficacité n'est plus à démontrer quand il s'agit de botter le derrière au vilain Windows.



Nettoyer les applications à coup d'éponge

"Cette tache que j'aperçois

Est-ce de la boue ?

Est-ce du chocolat ?"


Midoriro no Mausu (la Souris Verte)


Si vous avez lu l'article précédent, vous avez compris que l'installation compulsive d'applications inutiles augmente significativement le risque d'infarctus chez votre belle machine. Si l'on souhaite lui redonner un nouveau coup de jeune, on commencera donc impérativement par désinstaller tout ce qui dépasse. A ce titre, on s'occupera bien entendu de ces applications déposées par vos soins dans un moment d'euphorie et reléguées depuis dans un néant profond, mais aussi et sutout de ces applications sournoisement tapies dans l'ombre qui sont présentes dans votre système à l'insu de votre plein gré.

Si vous avez un ordinateur portable, il est probable qu'elles fourmillent déjà par milliers avant même son premier lancement, pseudo-utilitaires parasites de la marque associée, versions d'évaluations de logiciels préinstallées pour vous en faire acheter la licence, et toutes sortes d'autres belles inventions d'équipes commerciales survitaminées. Les anglophones ont même créé un concept pour désigner ce type de programmes malotrus, qu'ils baptisent sous le joli vocable de bloatware (du verbe gonfler, donc en quelque sorte le logiciel qui rend obèse).

Attention cependant à ne pas trancher trop rapidement dans le vif, car vous risquez de retirer certains programmes qui sont réellement nécessaires, notamment ceux qui pilotent le matériel particulier que Windows ne sait pas reconnaître tout seul. La procédure à appliquer en la matière est de parcourir toute la liste des applications installées et, à chaque fois qu'une ne vous est pas connue, de chercher rapidement sur internet à quoi elle correspond et d'aviser en conséquence. Dans le doute, il vaudra mieux s'abstenir, ou recourir à l'avis d'une personne éclairée qui pourra vous conseiller sur ce qu'il faut faire ou non.

On ne donne pas ici de procécure détaillée pour désinstaller une application sous Windows, si vraiment vous n'avez aucune idée de comment faire vous trouverez aisément votre bonheur en consultant un des millions de tutoriels pailletés et remplis de vidéos qui parsèment l'internet mondial sur le sujet.


Passer la base de registre au savon noir

"Dans le petit carnet à spirales
Notés avec soin
Des noms de fleurs"

Midoriro no Mausu (la Souris Verte)

Phénomène moins connu du grand public, notre ami Windows intègre dans son fonctionnement particulier une base de registre qui est un ensemble de valeurs censées refléter sa compréhension de l'état courant du système. Vous installez quelque chose, hop, une ou plusieurs clés de registre sont ajoutées, vous changez un paramètre, bim ça modifie des clés. Fort bien, vous dites-vous, mais qu'est-ce que ça peut bien nous faire de savoir tout cela ? Le système gère sa cuisine interne, et l'utilisateur peut continuer sa vie bienheureuse sans s'en préoccuper. Malheureusement ceci serait vrai dans un monde idéal où les programmeurs utilisent leurs mains, et non d'autres parties moins agiles généralement chaussées, pour coder. La triste réalité est que, la moitié du temps, notre système s'emmêle les crayons tout seul et fait n'importe quoi dans sa base de registre. Pour tout dire, même après une réinstallation complète du système et sans avoir encore fait la moindre action sur votre machine, le registre comporte déjà des incohérences, certes minimes, mais qui montrent bien la robustesse de ce mécanisme aussi solide qu'un carton mouillé.

Il est donc nécessaire de passer un petit coup de nettoyant de temps en temps pour remettre ce fameux registre d'aplomb et s'éviter ainsi quelques mauvaises surprises, comme des plantages inopinés ou des ressources consommées de manière anormale dans votre dos. Pour cela, nous utiliserons un petit utilitaire bien pratique, qui s'appelle CCleaner. Vous êtes libre d'en chercher un autre, mais c'est celui qu'on utilise aux souris vertes et qui ne nous a jamais fait défaut ; on choisira la version gratuite, amplement suffisante pour nos besoins.

Ce petit outil ne fait pas que nettoyer la base de registre, il permet également de vider les répertoires temporaires de quelques applications pour récupérer un peu d'espace, et c'est également celui qui va nous servir au paragraphe suivant à gérer les programmes qui démarrent avec le système. Vous pouvez même désinstaller directement les programmes dans un menu ad-hoc si vous n'aimez pas passer par celui du système.

Attention cependant, malgré son utilité indéniable, ce logiciel cumule à peu près tous les travers que l'on a dénoncés dans l'installation d'un programme : logiciels ajoutés d'office, scans automatiques, mises à jour automatiques et autres vacheries destinées à l'utilisateur distrait. Mais nous gageons que vous savez désormais déjouer ces pièges diaboliques et que vous installerez tout ça bien proprement et sans faillir. Précisons également qu'il n'est pas open-source, mais c'est malheureusement le cas de la plupart des outils qui ne s'occupent que de la gestion du système Windows, les programmeurs du monde libre ne se bousculant pas au portillon pour travailler sur ce genre de projets quand il est si simple d'utiliser un système lui-même open-source comme Linux. Damned.

Bien, vous avez votre petit Ccleaner sous le bras, et maintenant c'est tout simple : vous allez dans l'option registre, vous lancez un nettoyage, il vous montre les 2 millions d'entrées incorrectes, vous demandez de les corriger, et zou, votre registre est maintenant propre comme un sou neuf. Il est parfois nécessaire de répéter cette opération une ou deux fois supplémentaires lorsque la crasse est fortement accumulée. Ensuite, vous pourrez refaire la même chose une à deux fois par an, ou lorsque vous percevez des signes de  faiblesse, ça ne peut pas faire de mal de toute manière.


Gratter le démarrage au papier de verre

"Nouveau départ
Le petit oisillon s'envole
Et ne posera plus"

Midoriro no Mausu (la Souris Verte)

Ca tombe bien qu'on ait gardé notre petit Ccleaner sous la main, puisque dans la foulée on va s'en resservir pour une tâche bien utile, je dirais même franchement indispensable. Il nous permet en effet de voir, et surtout d'activer et désactiver les programmes qui se lancent au démarrage de la machine. Et c'est là qu'il s'agit de faire un ménage bien senti, car c'est la cause principale de ralentissement de votre ordinateur : tous ces logiciels qui ont cru bon de se lancer sans qu'on leur demande rien, et tournent en permanence pour faire on ne sait quoi même quand on ne s'en sert jamais qu'une fois l'an.

On va donc aller dans l'option qui gère le démarrage des programmes et regarder d'un peu plus près la liste qui nous est proposée. Déjà, on peut mesurer l'étendue des dégâts à la longueur de la liste. Normalement tout système correctement configuré a besoin de deux-trois entrées pour le système, deux-trois entrées pour certains périphériques (gestion du son, de la vidéo, des touches spéciales du clavier par exemple) et basta. Si vous avez 40 programmes listés vous savez que vous avez ce qu'on appelle communément un Gros Bordel sur les bras, peut-être même quelques virus qui se sont placés là bien gentiment pour faire un maximum de dégâts avant même que vous ne puissiez agiter la souris.

On procèdera avec la même prudence que précédemment pour retirer les programmes du démarrage, car il ne s'agirait tout de même pas d'empêcher votre machine de tourner, certains processus sont absolument légitimes et indispensables. On parcourera donc la liste en recherchant sur internet, ou auprès d'un ami bienveillant, la destination des entrées inconnues et on désactivera tout ce qui n'est pas essentiel sans faiblir. Précisons pour soulager tout le monde que tout ceci ne vous empêchera pas de lancer votre programme vous même au moment de votre choix, cela ne fait que le retirer de la liste des applications qui tournent dès que le système démarre. On choisira également de désactiver l'entrée, plutôt que de la supprimer carrément, comme cela on peut toujours la remettre si on constate un dysfonctionnement après une purge un peu trop sévère. Rien n'empêche de faire des essais si vous êtes motivé pour éradiquer tout ce qui bouge : on enlève, on relance, on regarde si tout marche, etc, mais c'est parfois un peu compliqué quand on ne sait pas forcément ce qu'on a désactivé, il est possible qu'on ne se rende compte que 2 mois plus tard que le pavé tactile ne répond plus par exemple.


Récurer les programmes malveillants à la soude caustique


"Ce rire
Si rempli de fiel

Me perce le coeur"

Midoriro no Mausu (la Souris Verte)

Ah ah ! Je vois plus d'une souris verte prête à me tirer l'oreille pour cette contradiction flagrante avec notre premier article du dossier. On a demandé de supprimer toute trace d'antivirus de notre ordinateur ! Comment donc faire la chasse aux vilaineries toutes sales qui nous encombrent maintenant ? Je réponds que c'est très simple : nous allons installer... un antivirus ! Attendez, je précise avant de me faire lyncher par une foule justement déchaînée, que nous allons nous tourner vers la version homéopathique de ce type de programme, qu'on appellerait dans la langue du Cheikh Spire un anti-spyware. Il existe une multitude de logiciels de ce type dont la plupart sont bien peu recommandables ; le choix est même tellement exécrable qu'aux souris vertes on utilise une version très ancienne et plus mise à jour d'un logiciel appelé Spybot. Les dernières versions de ce logiciel sont devenues innommables et ont ainsi suivi la trajectoire des autres logiciels poubelle de la même catégorie, mais on trouvera encore ici par exemple  cette ancienne version sympathique qui, bien qu'horriblement datée, était bien efficace pour détecter tout un tas de cochonneries et vous les retirer à la javel.

Une alternative possible est MalwareBytes, un programme qui jouit d'une certaine notoriété et a l'avantage d'être maintenu et de se tenir à peu près correctement, mais dans mon expérience il laisse passer un tas de choses que Spybot le vieux arrivait à dénicher dans sa grande sagesse. Bref, à vous d'aviser, je me contente de vous donner les choix de la rédaction des Souris Vertes.

Dans tous les cas, ce type de logiciel suit une logique bien différente d'un antivirus : au lieu d'essayer de tout contrôler pour attraper l'intrus au moment où il se présente, ce dont on a déjà discuté toute l'inefficacité chronique, il se contente de faire à la demande un scan de votre machine, qui va repérer les éventuels éléments malveillants qui s'y seraient collés depuis la dernière fois, et vous proposer de les supprimer. Ceci à condition, bien entendu, que vous ayez appliqué notre règle essentielle du savoir-vivre informatique et pensé à décocher toutes ces options de vaccination automatique, scan automatique, protection avancée et autres niaiseries qui vous sont offertes lors de l'installation.

Donc pour nettoyer le système, on lance un petit scan, et on attend gentiment. Il faut le savoir, il faudra plus qu'une pause café pour arriver au bout, autant prévoir une bonne promenade à l'air frais car tout cela va vous prendre plusieurs heures. Et, en prime, si vous avez effectivement un tas de saletés à enlever, il faudra sans doute en remettre une, voire plusieurs couches jusqu'à ce que le scan ne trouve plus rien, car il n'arrive pas toujours à tout détecter ou retirer du premier coup en cas d'infection généralisée. Il arrive même qu'il ne soit pas en mesure de supprimer un élément car il est actif dans le système, le méchant, et qu'il vous propose de recommencer le scan immédiatement après un redémarrage de la machine. C'est le mieux à faire. Idéalement, pour une blancheur parfaite, il faudrait systématiquement lancer le scan en mode sans échec et sans accès au réseau, si vous savez comment faire démarrer Windows dans ce mode. Mais bon généralement seuls les cas les plus récalcitrants obligent à recourir à de telles extrémités.


Faire briller le système à la cire d'abeille

"Le monde se reflète
Sur l'aile d'une abeille -
Je me vois si petit !"

Midoriro no Mausu (la Souris Verte)

En vérité, nous en avons terminé avec nos conseils du jour, et ce paragraphe s'adresse à ceux qui souhaiteraient aller plus loin encore dans le nettoyage de Windows en proposant une série de mesures avancées pour mettre au pas un peu plus le système. Attention, on vous prévient, ceci n'est pas à mettre entre toutes les mains car il va s'agir de changer le paramétrage de votre système, et si ça ne présente a priori aucun risque, il vaut mieux avoir conscience que les choix retenus dépendent tout de même de l'utilisation que vous en faites, donc n'allez pas désactiver une option et vous plaindre ensuite qu'elle n'est plus disponible.
 
Tout d'abord, il est possible dans une moindre mesure de contrôler un peu les composants Windows qui sont installés sur votre machine. Ne rêvons pas trop, 99% du joyeux merdier restera en place mais on peut tout de même retirer quelques petites choses inutiles. Pour cela, on cherchera dans le menu qui affirme "installer ou désinstaller des fonctionnalités Windows", ou quelque chose comme ça, je vous laisse faire de la spéléologie dans les menus pour trouver ça (je vous avais prévenu que cette section est pour les motivés, ceux qui aiment ramper dans la gadoue par une froide nuit pluvieuse). On se trouve ensuite en face d'une liste que l'on peut à loisir cocher ou décocher. On pourra par exemple retirer avec bonheur Internet Explorer, cet horrible navigateur, à condition toutefois d'en avoir préalablement installé un remplaçant. On pourra aussi enlever les programmes multimédias parfaitement indigents, ainsi que tout ce qu'on voudra d'autre. Aux souris vertes, on y va sans gants et on dégage tout sans ménagement, à part la librairie .NET qui est nécessaire à l'exécution de certains programmes, et la fonction Windows Search qui permet de localiser les programmes et les fichiers à travers les barres de recherche.

Si on se sent costaud comme Popeye après un bon repas d'épinards, on peut se lancer dans la trituration d'options systèmes très avancées, par exemple désactiver le mécanisme de restauration de Windows, ce qui signifie, oui, que l'on ne pourra plus restaurer son système, mais également qu'on récupèrera d'un coup un gros tas d'espace sur notre disque et qu'on s'évitera les lourdeurs liées à la création des points de restauration. Il s'agit d'un choix que chacun doit faire en conscience, personnellement aux souris vertes on préfère de loin s'occuper nous-même de sauvegarder et réinstaller notre système au besoin, plutôt que de laisser Windows faire ça n'importe comment, puisque neuf fois sur dix le système restauré aura perdu de précieuses données ou bien plantera horriblement. Cette option est bien cachée au fond des menus, il faudra aller la chercher dans le menu "protection du système" (j'écris ça de mémoire, donc désolé si ça n'est pas exact), configurer, puis choisir de "désactiver la protection du système", comme c'est joliment tourné.

Encore plus fort, on peut taper au fond du fond et réduire la taille du fichier de mémoire virtuelle, en gros l'espace disque que le système immobilise en permanence pour fonctionner sur le disque dur si vous arrivez à saturer votre mémoire vive. Croyez-moi, lorsque le système en est à réduit à cette extrémité vous pouvez d'ores et déjà éteindre votre machine, car elle sera tout bonnement inutilisable. C'est pourquoi nous faisons systématiquement le choix de prendre la plus petite valeur possible, à savoir 256MB, et de récupérer l'espace disque gagné à des usages plus utiles, comme des dessins de souris vertes. L'option se trouve encore mieux cachée, dans les propriétés avancées du menu Système, dans l'option avancée de l'option Performance, c'est vous dire. Je vous laisse chercher un peu, c'est une course d'orientation rigolote dans les menus Windows, le premier arrivé remporte un haïku rien que pour lui.

Pour ceux qui ont un ordinateur portable, ils auront tout intérêt à désactiver le mode hibernation, qui lance votre ordinateur dans un coma profond lorsque vous ne l'utilisez plus pendant un certain temps, pour éteindre les disques mais tout de même pouvoir les redémarrer sans rien perdre de votre session en cours. Cette idée géniale va avoir la fâcheuse conséquence de créer des fichiers énormes qui vont gentiment occuper la place normalement dévolue à vos activités favorites sur votre disque dur. Et, franchement, qui se soucie de ce genre de chose ? Si on n'utilise pas son ordinateur pendant plus d'une demi-heure, on l'éteint soi-même et c'est tout. Faudra-t-il donc soulager l'humanité de cet effort insupportable d'appuyer sur un bouton ? La marche à suivre si vous souhaitez vous lancer : il faut aller dans un terminal administrateur, hum oui, ça devient complexe n'est-ce pas, mais là encore je vais vous laisser faire vos devoirs tout seuls comme des grands. Une fois que vous y serez vous tapez "powercfg.exe -h off" et vous pouvez être fier de vous.



Pfioui, il est temps qu'on termine cet article car on commençait à concurrencer sérieusement SuperGeek.fr avec nos derniers conseils. En même temps, on a ainsi donné du grain à moudre aux petits comme aux grands, et conscients d'avoir aidé à sauver des millions d'ordinateurs en peine, nous nous retirons sereinement dans les bois après une révérence gracieuse. Mais revenez bien vite, car nous sommes loin d'avoir fait le tour de notre grand dossier, et nos souris vertes ont encore un tas de belles choses à nous raconter !







>Voir le billet et ses commentaires...
 

Au secours, mon ordi est lent ! (3) : J'apprends à ne pas polluer mon ordinateur
Date 27/11/2016
Ico Dossier
Comms Aucun commentaire

Une petite souris constate un ordinateur irrémédiablement pollué

"Dans la rosée du matin

Maculé de boue

Un melon frais"


Matsuo Bashõ (1644-1695)

Oyez, oyez, braves gens, accourez en masse prêter l'oreille aux souris vertes qui vous contoient miracles et incroyablitudes. Soyez toute ouïe, canalisez votre attention, aiguisez votre regard, ouvrez votre esprit, affinez votre concentration, car il va s'agir ici de considérations fondamentales, centrales, vitales, cruciales et bien d'autres adjectifs en -ales.


Le présent article est en effet le pilier sur lequel repose tout l'édifice que nous construisons patiemment aux souris vertes, la pièce maîtresse du puzzle, la pierre angulaire, à tel point que si vous ne deviez lire qu'un seul texte, un seul, oui, parmi tous les trésors entassés dans notre petit jardin d'articles, ce serait sans conteste et sans effort celui-ci. Evidemment, nous sommes loin de recommander cette attitude minimaliste et toute la joyeuse équipe des souris vertes vous enjoint vivement à sauter à pieds joints sur l'ensemble des billets formidables qui y sont à votre disposition, mais pour l'heure restez avec nous, car ça va décoiffer.


Quel sujet nous occupe donc qu'il soit si important ? C'est bien simple, dans le droit fil de notre grand dossier des premiers secours à l'ordinateur qui rame, qui rame, et n'en finit pas de ramer même sans courant et vent contraire, nous donnons ici une série de conseils percutants, élémentaires et simplissimes pour vous empêcher de faire ce que l'on appelle communément des Grosses Âneries. Comme un condensé de Petits Gestes en huile essentielle, en mille, dix mille fois plus efficace. Croyez-moi, si vous appliquez ces quelques principes simples vous n'aurez plus jamais besoin de SuperDépannage.com, ou de repartir en quête d'une nouvelle machine sur GrosMatos.fr, car votre petit ordinateur se portera comme un charme des siècles durant.


C'est bien simple, vu sa portée pédagogique universelle, cet article devrait être immédiatement diffusé dans toutes les écoles, tous les bureaux, placardé dans le métro, en une de la presse, en début de journal télévisé et émis à travers tout l'espace à la place de la symphonie de Beethoven que l'on inflige aux martiens dans une version effroyablement mièvre. En attendant ce moment qui ne saurait tarder, vu l'engouement planétaire pour nos petites souris vertes, on se propose déjà de s'expliquer auprès du public sympathique qui vient de se rassembler dans notre modeste salle des fêtes, n'hésitez pas à vous approcher pour mieux entendre.


Rappelons tout de même, pour ceux qui nous auraient pris au mot et décidé de ne lire que ce billet parmi toute notre collection, l'enjeu essentiel de notre sujet du jour : nous nous proposons non seulement de contribuer à votre bonheur et votre épanouissement personnel, de renforcer votre autonomie informatique quotidienne, mais surtout de vous aider à sauver le corail australien, les pingouins arctiques et les girafes africaines en vous permettant de contrôler drastiquement votre consommation de ressources numériques, aussi bien en terme de nouveau matériel à ne pas acheter que de facture électrique à ne pas dépenser. Ambitieux programme, mais comme vous allez le voir tout cela va se faire les doigts dans le nez et les mains dans le dos (une position hautement inconfortable) tant les principes énoncés sont à la portée de la première souris venue.


Et en bonus et sans supplément, vous pourrez glaner au passage les gestes de sécurité élémentaire qui vous permettront d'oublier une fois pour toute le vilain antivirus dont nous avons dit tant de mal dans notre article précédent. Avant de rentrer dans le vif du sujet, cependant, une fois n'est pas coutume, un petit haïku surprise pour se mettre en jambes :

"Au moment de cueillir le pissenlit

Le promeneur

Retient son doigt"


Midoriro no Mausu (la Souris Verte)


Règle numéro un : je n'installe pas n'importe quoi


Eh oui, commençons par enfoncer quelques portes ouvertes et énoncer quelques évidences, mais si vous voulez nager dans la félicité informatique du jamais de problème il va falloir vous discipliner un peu. En effet, une étude menée au laboratoire du professeur Souriso a montré que l'installation d'Applications Inutiles et Gaspillatoires est la première cause de mortalité des ordinateurs dans le monde. La prolifération des applications de ce type est une vraie maladie de ce début de siècle, et il est vrai qu'il est bien difficile de résister aux sirènes qui vous proposent de vous faire le café, avec le doigt de crème et le petit sucre à côté pour le prix modique de rien du tout.


Il est donc urgent de prendre conscience d'un fait inquiétant mais bien réel, à savoir que les logiciels informatiques n'ont pas échappé à la manie généralisée du marketing qui ment, et qu'au lieu des belles promesses qu'on vous conte sur la jaquette vous vous retrouvez la plupart du temps avec au mieux un produit inutile conçu par une équipe sortie de la meilleure école de Programmation Avec Les Pieds, au moins mieux avec un programme pénible qui va essayer de vous faire acheter ci ou ça quand vous essaierez simplement de consulter votre courrier, et au pire avec un Virus de La Mort qui va vous permettre de mettre votre machine au rebut si vous n'avez pas encore pu lire jusqu'au bout ce superbe dossier des souris vertes.


Il faut aussi souligner que, si l'on est encore loin de la valse des applications mobiles que l'on installe et désinstalle au bout de quelques secondes et par dizaines, le zapping permanent d'installations et désinstallations de programmes sur votre ordinateur nuit gravement à sa santé sur le long terme. Une désinstallation laisse TOUJOURS des traces dans votre système, qu'il s'agisse de fichiers temporaires non effacés, de pseudo préférences utilisateur qu'on vous ressortira quand vous réinstallerez le programme, voire si vous utilisez Windows comme la majorité des malheureux de cette planète, des clés de registre soigneusement incrustées dans votre système pour ne servir à rien. Et encore, on ne parle ici que des programmes les plus dociles qui ne cherchent pas à coloniser votre système coûte que coûte, car ceux-là seront bien plus difficiles à extraire à coup de pioche.


Autrement dit, il est important d'être circonspect en matière de choix de programmes, et de ne pas passer son temps à essayer de nouvelles applications si vous n'en avez pas d'utilité réelle, à moins que vous ne soyez déjà résigné à réinstaller complètement votre système régulièrement.


Evidemment, notre propos n'est pas de dire de ne rien installer sur votre petite machine, mais de choisir vos programmes avec parcimonie et un peu de réflexion préalable. On pourra ainsi suivre quelques conseils en la matière pour s'éviter des déconvenues :

- toujours vérifier la provenance du programme que vous installez. Sans sombrer dans une paranoïa des plus pathologiques, un peu de bon sens devrait vous faire vous arrêter au moment de télécharger un exécutable au milieu d'une page remplie de photos suggestives de personnes dénudées ou sur un site qui semble tout droit bricolé par une paire d'étudiants en un week-end.

- limiter le nombre de programmes installés à votre usage réel. Pourquoi s'acharner à garder un logiciel de retouche d'images que vous n'utilisez jamais, ou 3 lecteurs audios différents si vous n'en utilisez qu'un ? Tout comme vous ne souhaitez pas forcément encombrer votre salon des objets inutiles que vous offre Tante Germaine avec application, il n'y a pas de raison de laisser un capharnaüm sans nom sur votre ordinateur au motif que ça  ne se voit pas quand il est éteint.

- prendre le temps de bien choisir vos programmes. Souvent on ne souhaite pas réellement un logiciel précis, mais simplement un usage comme un lecteur vidéo, un navigateur, un traitement de texte, etc, et on se tourne par facilité vers ce qui est déjà installé sur l'ordinateur ou ce que l'on connaît de nom. Or il vaut mieux parfois passer un peu de temps avant d'arrêter son choix, histoire de ne pas avoir à y revenir tous les mois soit parce que le logiciel ne fait pas ce que l'on veut, soit parce qu'il met gentiment votre ordinateur à genoux à chaque fois qu'il démarre.


En l'occurrence, pour ce dernier point on pourra suivre le précepte qui guide les systèmes Linux, à savoir "une application pour une tâche". Evitons les gros machins qui se promettent de tout gérer à votre place, il y a une petite application sympathique et efficace pour tout ce que vous voulez faire, il suffit de la trouver. Choisissez lorsque c'est possible des logiciels open source, non pas parce que c'est gratuit, mais parce que c'est généralement la garantie d'une certaine fiabillité et, sauf pour des projets obscurs ou abandonnés, d'un développement qui ne sera pas interrompu ou complètement repensé la tête en bas par le fait du caprice d'une équipe de commerciaux mal réveillés. Sans compter qu'il y a également beaucoup moins de risque de tomber sur un logiciel malveillant, vu que même si vous ne comprenez rien au code qui est rendu public, soyez assuré qu'une communauté industrieuse veille au grain pour vérifier que ce qu'on vous refile n'est pas un loup subrepticement déguisé en grand-mère.


Nous donnerons plus tard une petite trousse à outil élémentaire des gentils petits programmes qu'on aime bien aux souris vertes, mais voici déjà un petit exemple pour mieux vous faire comprendre l'esprit qui nous guide : il paraît difficile de se passer aujourd'hui de lire des fichiers pdf, vu que c'est un standard bien pratique pour consulter des documents imprimables. Et il existe des centaines de lecteurs pdf qui vous rendront ce service sans sourciller, mais invariablement la majorité se tournera vers Acrobat Reader, un logiciel de la société Adobe (qui porte bien son nom, me fait remarquer une souris verte mutine) qui occupe le paysage depuis des décennies et jouit donc d'une certaine réputation malgré sa parfaite inutilité. Il pèse en effet le poids d'un rhinocéros, est parfaitement propriétaire voire payant pour sa version complète, lourdingue, fait tourner en permanence ses mises à jour dans votre dos si vous n'y mettez pas bon ordre, et prend 10 secondes pour ouvrir le moindre fichier d'une page en consommant une bonne partie de votre mémoire pour ce service inestimable. Alors, si vous ne souhaitez pas utiliser une des 14000 options exotiques qu'il vous offre, et que vous ne faites comme le commun des mortels que lire des pdfs, les imprimer et parfois rechercher du texte dedans, vous vous tournerez avec bonheur vers une application bien plus légère et plus adaptée à votre besoin, comme Evince, un lecteur de documents tout simple, open source et multi-plateforme qui répondra toujours à l'appel mais ne viendra jamais vous pourrir le quotidien par ses actions intempestives.



Règle numéro deux : je suis un paranoïaque fini face à ma messagerie


Aïe aïe aïe caramba, voilà bien une règle qui a son petit piquant de cactus. En général on essaie de rassurer le bon peuple aux souris vertes, et de vous faire vous sentir bien à l'aise dans vos basquettes au moment de saisir votre souris (verte de préférence), mais là en ce qui concerne la messagerie on ne pourra jamais exagérer assez l'importance de la méfiance systématique et du doigt posé sur la gâchette. En effet, étant donné la bienveillance crédule d'une bonne partie de nos concitoyens, les mails sont devenus une des sources privilégiées pour ferrer le pigeon, qu'il s'agisse de vous soutirer de l'argent, de vous faire installer un gros virus ou de vous identifier comme un amateur potentiel de viagra qu'il est urgent d'ajouter à toutes les listes de diffusion sur ce thème.


Etant donné également l'occurrence non négligeable des piratages de messagerie, où j'espère que vous ne stockez plus de mots de passe depuis l'article époustouflant qui traitait du sujet, il est essentiel de prendre un certain nombre de mesures et de ne n'y déroger sous aucun prétexte :

- mettre un mot de passe bien costaud à votre boîte de messagerie. Là encore, se référer à notre discussion précédente sur la question si vous manquez d'inspiration en la matière.

- s'interdire absolument de répondre à un message qui vous paraît douteux dans sa provenance ou son contenu. Enormément de robots envoient des messages en essayant des adresses au hasard, et sont bien contents que les gens leur indiquent d'eux-mêmes sur quelles cibles taper plus précisément. Sachez de plus qu'il est d'une simplicité enfantine de se faire passer pour une autre personne par mail, vu que le protocole sous-jacent n'a jamais été prévu pour vérifier l'identité de l'émetteur. Ce n'est pas parce que l'adresse de messagerie de l'émetteur est celle de votre copain Charlie qu'il faut cliquer sur le lien qu'il vous envoie s'il semble avoir bizarremment perdu (ou retrouvé, je ne connais pas votre copain Charlie) toute son orthographe d'un seul coup. Ceci vaut également et superlativement pour les pseudos alertes de votre banque qui vous demandent de leur envoyer votre code de carte bleue.

- ne jamais installer un programme qu'on vous envoie en pièce jointe, ne jamais cliquer sur un lien dans un message si vous avez le moindre doute sur sa provenance. Il vaut mieux parfois ne pas ouvrir la carte de noël que Charlie, encore lui, vient de vous envoyer plutôt que de vous retrouver avec un Virus De la Mort qui vient de chiffrer l'intégralité de votre disque dur et vous propose de le déchiffrer contre quelques milliers d'euros, une arnaque récente bien réelle qui a rendu riches quelques pirates peu scrupuleux. Dans le doute, et pour ne pas froisser votre ami qui n'est pas un grand lecteur des souris vertes et continue à vous inonder de pièces jointes au lieu de vous écrire ce qu'il a à dire, appelez le et demandez lui si le message est bien de lui avant de sauter du grand plongeoir. Bon, ne restez pas caché sous votre lit dans un état de terreur tétanique non plus, en général les tentatives d'attaque par mail ne sont pas bien subtiles et utilisent de grosses ficelles bien visibles à des kilomètres, et seuls les plus insouciants se laissent prendre à ce petit jeu.



Règle numéro trois : je suis un modèle de prudence sur internet


Après la messagerie, la source numéro un (donc la source numéro deux ? La souris à lunettes s'interroge à ma droite) de grosse pollution informatique provient directement de votre utilisation d'internet. Aujourd'hui, théoriquement, les navigateurs ont fait des efforts de sécurité et il est hautement improbable qu'une simple action dans une page web puisse faire des dégâts sur votre machine, pour cela il faudra au minimum télécharger un gros bidule pas net et l'installer soi-même, ce qui nous ramène à la règle numéro 1. En revanche, le sport assez répandu dans le milieu est plutôt la pêche aux informations confidentielles, comme ces faux sites qui répliquent celui de votre banque pour tenter de vous faire entrer votre numéro de carte bleue.


Ici encore, les ficelles sont généralement assez grosses et seule une inattention chronique vous fera tomber dans le panneau, d'autant que la plupart des navigateurs détecte maintenant assez bien ces contrefaçons grossières et vous alertent en conséquence. Par prudence toutefois, si vous devez par exemple sélectionner un fichier présent sur votre ordinateur pour une page web, il vaut toujours mieux ne pas exposer un répertoire où il y aurait des objets précieux que vous ne souhaiteriez pas voir le programme aspirer au passage. Là encore ces petites gâteries sont normalement désormais impossibles avec les navgiateurs récents, mais prudence est mère de souris verte comme le dit le fameux dicton. Attention également au fait que, dans certains cas, le site sur lequel vous vous trouvez peut être parfaitement licite, mais afficher à son insu des publicités ou une carte routière qui, elles, viennent de SuperPirate.org. Il faut donc faire attention à ne pas cliquer à tous vents sur les petites fenêtres qui jaillissent dans tous les recoins.


Dans tous les cas, il faut systématiquement fermer les sessions que vous ouvrez en vous déconnectant explicitement des services, sans quoi la fermeture de session se fera automatiquement après un certain temps (et non, comme le croient la plupart des gens, quand on quitte son navigateur), mais généralement ce temps est de 15 ou 30mn et vous n'êtes jamais à l'abri qu'entretemps quelqu'un usurpe votre session pour réaliser des opérations sur votre compte personnel. Eh oui, malheureusement l'univers d'internet n'est pas peuplé que de bisounours tout roses. Mais on s'en sort très bien avec ces quelques conseils, et si vraiment vous avez peur de sortir surfer le soir, rendez-vous uniquement sur le site des souris vertes qui est garanti sans virus, sans pub, sans escroquerie, sans édulcorant et sans agent tensio-actif grâce à notre fabuleux webmaster indépendant au très élégant logo d'éléphant bleu.


Une mention spéciale pour terminer notre tour de la question, sur le fait d'utiliser internet depuis un poste partagé ou public (poste de médiathèque, cybercafé, etc). Dans ce cas la plus extrême méfiance s'impose, et je vous conseillerai de ne surtout vous authentifier sur aucun site, et certainement pas sur des sites sensibles comme celui de votre banque. Si vraiment vous ne pouvez pas faire autrement car vous êtes pour dix mois au fond de la jungle amazonienne sur le seul groupe électrogène à des dizaines de kilomètres à la ronde (mais que faites-vous sur internet dans ce cas ? courez vite observer les animaux exotiques qui tiennent lieu de souris vertes locales à la place), il faut absolument ne laisser aucune trace de votre passage dans le navigateur : suppression de l'historique, des cookies, des mots de passe si vous avez eu l'idée incongrue d'en stocker un, mais là vous abusez franchement. Et de manière générale, toute ces bonnes pratiques sont à appliquer même à la maison : pas d'identifiants renseignés automatiquement, pas de mots de passe stockés dans le navigateur et autres fausses bonnes idées, car il suffit qu'on accède à votre ordinateur quand vous avez le dos tourné pour vous faire toutes les misères que l'on souhaitera.



Règle numéro quatre : je me méfie gentiment des supports amovibles


Bon, on va faire redescendre un peu la pression avec cette règle. Je la mentionne plutôt par souci d'exhaustivité et pour que la souris verte à lunettes, cette grosse maniaque, ça y est je l'ai dit, na, me laisse un peu tranquille, mais il faut avoir conscience que les chances de faire une grosse ânerie sont nettement moins élevées que pour tout ce qui précède et qu'on commence à glisser doucement dans le domaine de l'anecdotique.


Il faut savoir qu'il y a une possibilité bien réelle d'infecter votre ordinateur en y insérant ce que l'on appelle un support amovible, c'est-à-dire un CD-ROM, un DVD, une clé usb, une carte mémoire ou autre. En effet, au moment de l'insertion, votre système va tenter d'exécuter un petit programme qui se trouve sur votre support, ce qui permet ce résultat fantastique de démarrer automatiquement la lecture d'un disque audio ou l'affichage d'une application sur DVD par exemple sans que vous n'ayez eu à bouger un seul doigt. Il est possible à des petits malins d'exploiter ce genre de mécanisme pour faire exécuter du code malveillant sur votre machine, aussi il vaut toujours mieux rester prudent face à des supports dont on ne sait pas trop dans quels recoins sombres ils ont traîné leurs guêtres.


Personnellement, je reste surtout méfiant vis-à-vis de clés usb émanant de personnes connues pour avoir soigneusement négligé d'appliquer leur vie durant les règles que nous énonçons aujourd'hui. Pour celles-là en général je refuserai de but en blanc le contact entre mon bel ordinateur et leur vilaine clé vérolée, sauf à la monter dans un environnement contrôlé sous Linux. Je ne vais même pas essayer de donner une marche à suivre pour agir en toute confiance, car très honnêtement tout cela n'a plus grand sens dans une ère où l'ensemble des données s'échange à travers le réseau.



Règle numéro cinq : je n'installe JAMAIS les logiciels livrés avec mon nouveau matériel


Nos lecteurs les plus fidèles se souviendront que nous avons déjà mentionné cette règle à propos de l'installation d'une imprimante. En vérité, elle est parfaitement universelle et s'applique absolument à tous les matériels imaginables, clé wifi, scanner, nouvelles enceintes, disque dur externe, chargeur de souris verte électronique, pour tous ces éléments et les autres il est indispensable de laisser le petit cd fourni bien au fond de sa boîte.


En effet, pour fonctionner votre appareil n'a besoin que de ce que l'on appelle des pilotes, qui sont des petits programmes conçus pour faire dialoguer votre système d'exploitation avec votre matériel, et certainement pas de la pléthore de logiciels que la marque dudit matériel espère vous faire installer, sans doute dans une tentative de colonisation totale du monde numérique car on ne voit pas bien le bénéfice qu'ils retirent à inonder ainsi la galaxie d'applications inutiles. Et il se trouve que, dans bien des cas, vous n'aurez absolument rien à faire car les pilotes nécessaires seront déjà dans votre système, ou bien qu'il ira les chercher lui-même comme un grand quand il saluera votre nouveau copain pour la première fois.


Si vous êtes sous Mac ou Linux et que votre matériel n'est pas immédiatement reconnu, bonne chance pour les quelques nuits blanches passées à éplucher des forums pour trouver quelqu'un qui sait comment le modèle BlipZéroDouze fonctionne sous NixDistro. Si vous êtes sous Windows et que ça n'a pas marché du premier coup, il vous reste le joker du CD, mais attention à surtout ne pas passer par un quelconque installeur. A la place, demandez à Windows de chercher un pilote pour votre nouveau matériel, donnez lui le dossier du cd-rom et laissez-le se débrouiller. S'il ne trouve rien, cherchez quelque part un fichier dont l'extension est .sys et qui semble rangé dans la bonne catégorie (par exemple Windows7/fr). De toute manière au pire l'installation n'aboutira pas et vous pourrez essayer un autre fichier jusqu'à trouver votre bohneur.


Et voilà, votre matériel fonctionne et aucun logiciel moisi ne vient tenter de s'imposer à chaque démarrage de votre machine pour vous proposer des services inutiles et contacter sa maison mère quand il s'ennuie. Attention, cependant, pour quelques fabricants vraiment récalcitrants et certains matériels complexes, il est possible qu'il faille nécessairement installer un des programmes fournis pour activer certaines fonctionnalités. Ainsi, pour des imprimantes multi-fonctions, il est possible que le pilote seul n'arrive pas à gérer des choses aussi indispensables que l'impression recto-verso ou le scanner double face. Mais pour tous les matériels qui n'assurent qu'une seule fonction, que nous recommandons chaudement si vous voulez qu'ils durent, comme un appareil photo ou un clavier ergonomique son et lumière, croyez-moi vous n'aurez jamais besoin d'y recourir.



Règle numéro six : je ne suis JAMAIS la procédure d'installation standard d'un logiciel


On termine en beauté avec la règle cardinale du savoir-vivre numérique, plus essentielle encore que les conseils de bienséance de Mme de Rothschild, et qui vous sera bien plus utile au quotidien que de savoir entre quels doigts tenir votre fourchette à huître. On m'excusera mais cette règle ne concerne que les pauvres martyrs qui doivent oeuvrer quotidiennement sous Windows, pour les autres systèmes vous êtes libre de faire ce qui vous plaît car les procédures d'installation sont encadrées et garanties sans piège.


Il est bien triste de constater dans quelle piètre estime les concepteurs de logiciels sous Windows tiennent leurs utilisateurs pour qu'ils en viennent à considérer comme d'une expertise redoutable le fait de choisir le répertoire d'installation du programme ou le fait de mettre ou non un raccourci sur le bureau. Les Souris Vertes le clament haut et fort, et que tout le monde l'entende, les fameuses procédures d'installation dites "personnalisées", "expertes", "avancées" et je ne sais quoi d'autre ne sont que de vastes fumisteries et c'est absolument par celles-là que tout un chacun doit systématiquement passer, qu'il soit petit flocon ou chamois d'or. En effet, la procédure dite standard est quasi systématiquement une manière détournée de masquer des options indésirables et de vous faire accepter la YoupiBar à l'insu de votre plein gré.


On se demande d'ailleurs comment il est possible que persistent encore des pratiques qui, dans tout autre domaine de la vie courante, seraient immédiatement condamnées comme vente forcée ou abus de confiance caractérisé. En tous les cas, il faut impérativement se diriger vers la procédure d'installation qui vous offre le plus d'options, sans crainte de faire des bêtises.


C'est grâce à cela que vous éviterez de transformer votre belle machine en tas de boue ; gardez en tête que si vous pouvez souhaiter installer le programme dans un endroit de votre choix (il peut être de bon aloi de se créer son propre dossier de programmes pour bien distinguer ce que vous installez volontairement de ce que le système remplit dans votre dos) et choisir la présence / absence de raccourcis à loisir, les options qui importent réellement sont :

- tout ce qui installe des composants optionnels, comme des langues supplémentaires par exemple. En général, quand vous ne savez pas à quoi ça sert, décochez gaiement. Pour ma part je n'installe systématiquement que la partie indispensable du programme et je dégage tout le reste, car il est toujours possible de réinstaller l'ensemble si vraiment il s'avère qu'une fonctionnalité fasse cruellement défaut (ce qui n'arrive jamais en pratique).

- tout ce qui installe des logiciels additionnels. Alors là c'est poubelle direct, ne gardez JAMAIS les logiciels que l'on se propose de vous ajouter, une YoupiBar, un super nouveau navigateur, un antivirus de pointe, c'est la porte ouverte assurée à une infection généralisée et de la publicité en cascade partout où vous cliquez. Ne venez pas dire qu'on ne vous aura pas prévenu !

- tout ce qui concerne des comportements automatiques : mise à jour automatique, scan automatique, démarrage automatique et autres billevesées. La seule exception valable sera le navigateur, qu'il est important de mettre à jour régulièrement et pour lequel on peut vouloir que cela soit automatique, sinon débarrassez-vous de ce fourbi car cela va généralement impliquer que le programme va se lancer tout seul pour faire ramer votre machine quand vous ne lui demandez rien.

- plus exotique mais pas moins gênant parfois : tout ce qui concerne l'ajout de raccourcis sur votre bureau. Là c'est à votre libre appréciation, mais franchement certains programmes ont une tendance très envahissante à vous rajouter 206 options du genre "j'ouvre en rouge avec Bidule", "j'ouvre plutôt avec Bidule mais cette fois en vert", "est-ce qu'on a vous a proposé du jaune avec Bidule ?", vous voyez le principe. Des fois c'est bien pratique, des fois c'est une plaie, c'est selon, donc là il faudra juger au cas par cas en fonction de votre goût personnel



Règle numéro treize : je lis aussi ce paragraphe et la suite du dossier


Eh bien nous y sommes. Après ce petit tour d'horizon qui, reconnaissez-le, ne casse pas trois pattes à un canard mutant et c'est tant mieux pour lui, vous êtes en mesure d'utiliser sereinement votre ordinateur sans craindre l'attaque du virus terminal ou le piratage du siècle, et avec en plus l'assurance qu'il gardera sa prestance et sa vivacité toute sa vie durant. Bien évidemment, si nous vous proposons ces jours-ci un Super Méga Dossier, c'est bien qu'il nous reste encore des choses à découvrir, mais c'est assez pour aujourd'hui ; on peut donc aller s'assoir tranquillement contre un arbre pour savourer notre paix d'esprit revenue, en attendant le retour prochain de nos souris vertes préférées avec un article qui sera, qui en doute encore ?, non moins extraordinaire et passionnant.






>Voir le billet et ses commentaires...
 

Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
Date 14/11/2016
Ico Dossier
Comms Aucun commentaire

Une souris dit sa façon de penser à l'antivirus


"Sans chapeau

Une averse d’hiver tombe sur moi

- et alors ?"


Matsuo Bashõ (1644-1695)


De comment, de comment ? Supprimer l'antivirus ? Ca y est, premier article du dossier et déjà on tombe dans la polémique la plus vile. Mais jusque dans quel tréfonds fangeux de l'absence totale d'objectivité devra-t-on se rendre dans cette nouvelle aventure des souris vertes ? Qu'on se rassure, on retrouvera bientôt une consensualité bienheureuse lorsqu'il s'agira de défaire trois vis pour changer un disque dur. Mais si l'on commence par un sujet délicat, qui froissera peut-être quelques susceptibilités et ne remportera pas d'emblée l'adhésion des foules, c'est que l'enjeu est de taille.


Car, comme tout bon discours bien ficelé, ce que l'on pourrait avoir tendance à perdre de vue en ces temps de campagne électorale où l'on débite de la parole premier prix au quintal, à l'hectolitre et au kilomètre en fonction de l'unité retenue, notre fantastique dossier suit un plan qui pour en être implicite n'en est pas moins redoutablement pertinent. On commence donc en toute logique par le premier geste de survie indispensable si vous estimez que votre ordinateur ne semble plus aussi vif et attentif à vos besoins que durant les premiers mois de votre relation commune.


Premier secours immédiat donc, avant la fibroplastie et la paragénèse intraveineuse (désolé, je recopie ce que me souffle la souris assise à ma gauche mais je doute un peu de ses connaissances médicales, je crois qu'elle invente n'importe quoi pour me faire plaisir), hop on dégage l'antivirus d'un bon coup de pied bien senti dans son arrière-train conséquent, on respire un grand coup et on constate avec plaisir que non seulement on ne vient pas de se faire envahir de gros virus noirs malveillants, mais qu'en plus notre ordinateur démarre maintenant en moins de 35 minutes. Magique !


Allez, je sens bien qu'il va me falloir argumenter bien plus que cela avant de vous faire essayer cette potion miracle, et vous aider à surmonter votre peur panique de l'attaque virale qui va faire exploser votre machine, et par là l'univers tout entier. J'espère que vous comprendrez ensuite qu'il est essentiel de passer envers ce type de logiciel d'une tolérance amusée teintée de léger agacement à la plus grande fermeté.


Terreur effroyable du virus de la peur


Avant de parler d'antivirus, commençons par rappeler rapidement de quelle menace sur l'espèce toute entière ce brave chevalier blanc est censé nous protéger. Qu'est-ce qu'un virus ? En toute rigueur, il s'agit d'un programme capable de se répliquer tout seul sur des ordinateurs à travers les périphériques d'échange : réseau, support amovible comme une clé usb, etc. C'est ce mode de réplication particulier qui lui donne ce petit vocable charmant qui fait immédiatement paniquer les gens à grand coup d'imaginaire de peste noire, ébola ou toute autre épidémie de votre choix qui vous tiendra éveillé la nuit.


Mais force est de constater qu'il y a bien longtemps que les stratégies de diffusion des logiciels dits malveillants ont évolué, et très franchement ce qui était un petit tour de force de programmation il y a 20 ou 30 ans devient risible dans un monde où tout le monde est connecté à travers des dizaines d'appareils, dans une ignorance bienheureuse de tous les mécanismes d'échange de données et donc des premiers gestes de sécurité élémentaire. Mais la visée même de ces petits programmes a changé. On peut dire qu'il s'agissait antérieurement d'infecter le maximum d'ordinateurs pour montrer que l'on était un super hacker chevelu, le programme lui-même étant relativement inoffensif, à quelques rares exceptions près de virus qui cherchaient à détruire en profondeur votre machine par pure méchanceté gratuite.


Or aujourd'hui, ce type de compétition s'est relativement tari pour se transformer en un sport beaucoup plus lucratif, à savoir utiliser les ordinateurs cibles comme des moyens pour soit, se faire de l'argent directement, soit accomplir des actions illégales sans risque en usurpant votre identité. Sympathique, non ? Aïe ! Une souris me tape sur le crâne pour me dire qu'il est temps de changer notre fusil d'épaule et de promouvoir les antivirus et la création d'une grande agence gouvernementale pour lutter contre ce fléau, à peu près aussi grave que le réchauffement climatique ou la disparition de la banquise. Allons allons, restons calme, et finissons notre petit musée des horreurs du virus qui tue.


Qu'est-ce qu'un virus aujourd'hui ? En vérité tout programme indésirable qui vous veut du mal plus ou moins directement. Malheureusement, la frontière est bien difficile à tracer entre un logiciel gentil est un logiciel méchant dans le paysage actuel. En effet, je pense que la plupart des gens considèreront Internet Explorer comme un programme parfaitement légitime sur leur machine. En ce qui me concerne je le classerais sans hésiter dans la catégorie des virus : il s'installe contre votre gré (il vient intégré dans le système), est impossible à supprimer (vous pouvez essayer mais il en restera toujours des traces), espionne votre système (essaie de se remettre comme navigateur par défaut sournoisement), envoie sans doute quelques informations dans votre dos à Microsoft, et permet comme tout bon virus de faire venir tous ses copains, puisqu'il jouit d'une indigence exemplaire en matière de sécurité. De la même manière, d'aucun pourront trouver qu'un logiciel qui renseigne vos coordonnées GPS à la terre entière est un programme espion de première main, quand d'autres trouveront super pratique cette application formidable qui s'adapte en permanence à votre localisation.


Evidemment, tout le monde ou presque s'accordera sans peine pour dire qu'un programme qui cherche à vous subtiliser votre numéro de carte bleue est un virus, mais au-delà de quelques cas de ce type on voit qu'il sera bien difficile de mettre de l'ordre dans cette catégorie fourre-tout qui pourrait peu ou prou contenir tout programme amené à dialoguer à travers le réseau, autrement dit tout sauf la calculatrice, et encore dieu seul sait comment elle est programmée de nos jours.


Arrivé à ce stade de notre raisonnement, la conclusion n'est pas bien réjouissante : au lieu d'avoir une peur saine du Gros Virus de la Mort et de se protéger à grand renfort d'antivirus qui nous empêche de nous poser trop de questions, voilà qu'on devrait se mettre à se méfier de tout et de tout le monde. Merci les souris vertes, vraiment ! Mais ce n'est pas ce qu'on dit, en fait.

Résumons notre pensée par une petite série de questions-réponses entre deux souris qui ont bien suivi notre propos :
 - les virus existent-ils ?
Oui ! Il y a des logiciels qui ne vous veulent pas du bien, ou au minimum vont vous casser les pieds.
 - Faut-il en avoir peur ?
Oui, il est raisonnable de s'en méfier et de savoir quoi faire pour s'en prémunir, non il n'est pas raisonnable de paniquer en tremblant chaque minute à l'idée d'une attaque dévastatrice qui va ruiner votre vie en un clin d'oeil.
- Comment lutter contre les virus ?

Stop ! Notre petite souris nous devance par ses questions pertinentes, c'est justement l'objet de ce qui va suivre.

Don Antivirus De la Vega à la rescousse


Dans cet univers inquiétant que nous avons brossé à grands traits, un espoir surgit de la nuit, car voici un cavalier fièrement dressé sur sa monture et se ruant dans la mêlée pour vous protéger au péril de sa vie : le bien-aimé antivirus, qui dans un geste d'altruisme stupéfiant ne compte pas ses heures pour tenir en sécurité la veuve et l'orphelin. Quand je pense que certaines voix mal intentionnées se permettent de le critiquer dans des articles à rallonge ! On aura tout vu, vraiment.


Mais faisons un petit arrêt sur image un instant sur cette scène sanglante, et regardons de plus près ce personnage étonnant qui bondit au milieu des cadavres de virus. Qui est cet antivirus ? D'où vient-il ? On écoute la souris à lunette qui a levé le doigt avant même que je pose la question : "l'antivirus est un logiciel chargé de lutter contre les virus". Excellent. Donc l'antivirus est lui-même un logiciel alors. Ceci pose tout un tas de questions philosophiques très profondes, mais pour le moment contentons-nous d'étudier la bête de loin, en jugeant sur ses résultats.


On a vu qu'il était bien difficile d'identifier un programme qui serait un virus d'un programme qui serait simplement un programme. Devant le nombre de logiciels en circulation, la diversité des modes de diffusion, les stratégies de malveillance toujours plus élaborées, comment fait notre petit antivirus pour s'en sortir ? Eh bien, en fait, il ne s'en sort pas trop bien figurez-vous. Comme le vaccin contre la grippe qu'on sait synthétiser avec brio pour l'épisode hivernal de l'année précédente, l'antivirus passe son temps à courir derrière les dernières trouvailles virales avec toujours un ou deux trains de retard. Et le pauvre est obligé d'avoir un oeil partout : surveiller vos mails, votre navigateur, vos logiciels, votre système d'exploitation, votre trafic réseau, votre disque dur externe, les possibilités d'infection sont sans fin et il n'en finit pas de s'arracher les cheveux à essayer de tout régenter.


Pour tout dire, c'est peut-être un coup de malchance pas de bol, et peut-être que des millions de personnes ont eu une expérience différente, mais je n'ai jamais vu de mes yeux vu un antivirus bloquer un programme malveillant à bon escient, en revanche j'en ai vu un certain nombre laisser gentiment passer tout un tas de saletés qu'il s'est agit d'aller nettoyer ensuite à l'huile de coude et sans son aide. Mais on ne peut pas en vouloir vraiment à notre ami d'être une passoire finie, tant la lutte est inégale et perdue d'avance. Aucun logiciel, aussi malin soit-il ne peut vous protéger significativement, comme vous allez le comprendre présentement.


Flic ou voyou ?


Avant d'en venir à la raison fondamentale qui explique le caractère dérisoire même du concept d'antivirus, faisons un petit détour pour regarder d'un peu plus près ce logiciel d'une bonhommie apparemment parfaitement inoffensive. Soulevons une petite question délicate : comment l'antivirus peut-il lutter contre d'autres logiciels ? Est-ce qu'il est plus fort qu'eux, comprendre est-ce qu'il a le droit de faire plus de choses, comme par exemple désinstaller un programme d'office, interdire une éxécution ?

Oui oui oui, absolument, pour qu'il puisse fonctionner, l'antivirus est un logiciel auquel on doit irrémédiablement remettre les clés de la maison. Ce qui fait qu'il est dans une position privilégiée pour vous faire des coups dans le dos qu'aucun virus ne serait capable de faire. C'est donc la question rituelle : qui nous protège de la police ? Qui nous garantit que l'antivirus est vraiment gentil ? De fait il y a eu suffisamment de scandales autour de logiciels qui s'auto-proclamaient meilleure protection dentaire de l'émail logiciel, triple action garantie, pour mieux installer leurs propres programmes espions, à côté desquels la YoupiBar qui persiste à s'installer toute seule fait figure d'enfant de choeur.

Et, même lorsqu'il est exempt de toute visée malveillante, on peut s'interroger sur le mode de fonctionnement de ce type de logiciel. Un logiciel qui ouvre votre courrier, surveille votre moindre action, écoute tous les programmes en train de tourner, démarre avant même le reste du système, est-ce que ce n'est pas précisément contre ce type d'intrusion qu'on essaie de se protéger en l'installant ? Franchement, la différence entre remède et poison devient bien floue.

Terminons par remarquer aussi que la petite guerre armée contre les virus est un business bien juteux. Bien que son efficacité soit pour le moins douteuse, l'antivirus est maintenant installé partout dans le monde professionnel. Le parallèle avec l'univers de la santé reste édifiant : comme ces normes sanitaires alambiquées qui ne protègent pas grand monde, mais donnent l'impression qu'on travaille à votre bien-être, les entreprises adoptent en masse des antivirus pour montrer qu'elles agissent en matière de sécurité informatique. Il s'agit bien moins de savoir si ces mesures protègent d'une manière ou d'une autre, que de les mettre en avant dans un grand plan de communication destiné à rassurer le bon peuple.

Autant dire qu'avec ce marché captif, additionné de tous les utilisateurs peu informés qui préfèrent ne pas courir de risque, les entreprises qui nous concoctent tous ces beaux antivirus ont encore de beaux jours devant elles. Et bien entendu elles ont tout intérêt à amplifier la panique en criant au loup dès qu'un adolescent imagine un programme capable de prendre la place d'une publicité sur votre site préféré pour exposer son propre contenu forcément illégitime et criminel. Ainsi, si on ne recense que quelques specimens de programmes aux effets réellement dévastateurs dans les tuyaux à une période donnée, les fabricants d'antivirus n'ont pas peur d'affirmer qu'ils vous protègent de dizaines de millions de logiciels tous plus malveillants les uns que les autres.

Et tout cela est, une fois de plus, parfaitement hypocrite, parce que sans objet. Tout simplement parce que :

Le virus, c'est vous


Devant le choc que vous cause cette proposition, je propose qu'on s'arrête un instant pour méditer un petit haïku parfaitement à propos :


"Après avoir contemplé la lune
Mon ombre avec moi
Revint à la maison"

Takano Suju (1893-1976)


Eh oui, l'ombre du gros virus qui semble s'abattre sur votre ordinateur chéri, c'est bien la votre en fait, penché que vous êtes sur votre clavier, et vous apprêtant à lui mettre en toute ingénuité un uppercut en pleine poire. Car, il faut le comprendre une fois pour toutes, aucun programme malintentionné, si fûté soit-il, ne pourrait s'immiscer sur votre machine sans votre complicité tacite.


Il ne faudrait pas trop s'imaginer non plus que des ennemis sont tapis en permanence dans la jungle informatique, armés jusqu'au dents et prêts à vous sauter dessus à la moindre occasion. En effet, je m'excuse de vous le dire crûment, mais en tant qu'individu, vous ne constituez pas une cible bien intéressante. S'il s'agit de mettre en oeuvre des stratégies complexes pour s'introduire sur des machines distantes, autant tout de suite viser le gros lot : attaquer les serveurs de grandes entreprises, hacker des sites de commerce, prendre le contrôle sur le site du gouvernement pour dessiner des moustaches à la ministre, et autres joyeusetés. Très franchement, vu le nombre de serveurs et de sites aujourd'hui à peine mieux sécurisés que mon abri de jardin, on ne manque pas de choix de cibles faciles bien plus savoureuses que vos albums de photos de famille.


Par ailleurs, il n'existe pas cent manières d'attraper un virus sur sa machine :

- on passe par un défaut de sécurité d'un des composants matériels (par exemple le processeur). Franchement ce genre de hack de haute voltige demande déjà un accès physique à votre machine,  un peu de matériel spécialisé, mais surtout des connaissances en informatique tellement impressionnantes qu'il est hautement improbable qu'on cherche à vous attaquer de cette manière, à moins que vous ne soyez président des Etats-Unis. De toute manière personne ne pourra vous sauver dans ce cas, ce n'est certainement pas un pauvre antivirus qui pourra faire quoi que ce soit, vu que, souvenons-nous, c'est un logiciel qui dépend lui-même du matériel. Si le matériel est compromis, c'est fini.

- le virus s'introduit à travers une faille de sécurité du système d'exploitation. Ce cas est nettement plus fréquent, particulièrement si vous utilisez Windows qui est connu pour en produire quelques milliards chaque fois que la maison mère décide de lui rajouter une nouvelle fonctionnalité. Sur tout autre système d'exploitation, la probabilité est infinitésimale de se faire attaquer de cette manière, mais elle existe quand même. La parade, dans tous les cas, est la même, et n'a aucun besoin d'antivirus : installer régulièrement les mises à jour de son système. Si vraiment votre paranoïa aigue vous empêche de profiter de la vie et que vous vous rongez le sang en pensant à toutes ces failles de sécurité qui tuent, utilisez OpenBSD, le système d'exploitation qui remporte haut la main la médaille de système le plus sûr de la galaxie. Ou bien débranchez simplement votre carte réseau, et là vous êtes tranquille, car même OpenBSD ne vous protègerera pas de la menace suivante.

- cas qui couvre 99,999999% des infections, le virus est installé en toute bonne foi par l'utilisateur de l'ordinateur qui au passage s'assoit gentiment sur tous les avertissements qu'on lui prodigue (le programme souhaite s'exécuter en tant que super-utilisateur. Voulez-vous continuer ? Oui oui répond l'inconscient), et donc outrepasse les prérogatives de l'antivirus qui ne peut tout de même pas vous empêcher de faire ce que vous voulez quand vous rappelez que c'est vous le chef.


Vous voyez que dans tous les cas cités, l'antivirus a joué son rôle pleinement, c'est-à-dire ne servir à rien. Si vous avez de la chance, dans 1% des cas, il reconnaîtra le programme que vous cherchez à installer comme une contrefaçon grossière et malveillante de Lance Ton Pingouin et vous lancera une alerte pour vous empêcher de commettre l'irréparable, mais sans garantie que vous l'écoutiez. Le reste du temps, il se contentera de continuer à vivre sa vie pépère pendant que vous ouvrez la boîte de Pandore qui va mettre votre système par terre en un tournemain.


Car, oui, malheureusement, aucun antivirus encore écrit n'est capable d'empêcher quelqu'un de faire une ânerie monumentale, comme de cliquer sur cette pièce jointe dans un mail dont on voit pourtant bien qu'il est d'une provenance douteuse. Croyez-vous réellement qu'on fait tourner des antivirus sur les ordinateurs vraiment sensibles, comme les serveurs qui hébergent vos données bancaires, votre serveur de messagerie, ou celui qui héberge bravement ce blog même les jours de grand vent ? Tout administrateur système qui se respecte devrait se faire hara-kiri illico s'il basait sa sécurité sur ces fadaises. A la place, sur quoi se repose-t-il ? Sur un contrôle strict des entrées et sorties sur le serveur (on ne fait pas n'importe quoi avec n'importe qui), et surtout, surtout, sur le présupposé que les gens qui administrent la machine savent ce qu'ils font.


Car voilà le postulat anthropologique caché derrière l'installation massive d'antivirus sur les postes attribués au bon peuple : "l'utilisateur final", comme on l'appelle, est une bille finie et il est impossible de lui accorder la moindre confiance. Même si on sait que l'antivirus ne résoudra pas tous les problèmes, on lui jette quand même ce bâton dans les roues en espérant que ça en arrêtera certains sur la pente du pourrissement de système généralisé.


Aux souris vertes, si l'on peut partager en partie ce constat certains jours où l'on n'en finit pas de s'extasier sur l'ingéniosité de certaines personnes à se mettre elle-même dans la panade informatique, on en tire des conclusions bien différentes, à savoir qu'il est urgent de donner un minimum de compréhension et d'autonomie aux gens sur des outils dont ils ont besoin au quotidien. Pour lutter efficacement contre les virus, il faut apprendre à faire deux choses : un, à éviter les gestes qui tuent, ceux qui vous font gagner le gros lot à tous les coups, et deux, à savoir vous remettre d'une attaque vilaine. Comme dans la plupart des sports, l'essentiel n'est pas de ne jamais tomber, ce qui est impossible, mais d'apprendre à tomber sans se faire mal. C'est ce que l'on verra dans la suite de cet extraordinaire dossier, on ne va tout de même pas tout dévoiler dès le premier article.


Mais pour aujourd'hui, on reste sur notre sujet de l'antivirus, et on aborde enfin la question qui compte, celle qui fait que c'est bien l'équipe éditoriale des souris vertes qui vous a concocté cet article et non CyberDépannage.com :


L'antivirus est-il écologiquement responsable ?


On a vu que notre ami l'antivirus avait une efficacité quasi nulle côté protection de votre ordinateur. En revanche, s'il est bien un domaine où il faut lui reconnaître des qualités impressionnantes, c'est dans sa capacité incroyable à mobiliser des ressources pour ne rien faire. On peut dire que l'antivirus est l'antithèse même du programme discret. Non seulement il démarre tout seul, prend des initiatives en permanence dans votre dos, se lance dans des analyses à rallonge, mais en plus il passe son temps à se signaler à votre attention (vos définitions de virus ont au moins 3 secondes de retard ! alerte rouge). Et, vous l'avez compris, comme il n'y a aucun domaine qui lui échappe, il est capable de vous alourdir absolument tout votre système dans sourciller, qu'il s'agisse de ralentir les pages internet, la consultation des mails, l'ouverture d'un programme, la copie d'un dossier, bref c'est la recette magique du plombage sans effort. Vous aviez investi dans du matériel dernier cri, grâce à lui vous voilà enfin revenu au temps de votre premier ordinateur à disquette.


A vrai dire, la méthode de protection des antivirus est d'une élégance rare : puisque vous craignez les chutes, pourquoi ne pas enfiler cette magnifique combinaison d'un mètre de mousse pour vos déplacements ? Même si on peut rester sceptique sur l'efficacité de la mesure en cas de collision avec une voiture, ceci va au moins avoir un effet certain sur vos mouvements alertes et sautillants. Comment en vouloir dans ces conditions à votre pauvre ordinateur qui paraît tout mou et cotonneux, quand vous lui imposez ce traitement de choc ?


Bon, les souris vertes me disent très bien, mais quel rapport avec l'écologie ? Ah, eh bien tout ce que nous venons de dire est hautement anti-écologique, jugez plutôt :

- au mieux, vous supportez le joug de ce despote, et votre ordinateur en pâtit quotidiennement. Vous utilisez alors quantité d'énergie et de ressources réseau, sans compter l'usure des disques par exemple qui passent leur temps à être sollicités, pour cet outil inutile.

- au pire, quand la situation devient vraiment insupportable, vous abandonnez le navire, vous vous débarrassez de la machine au profit d'une autre, qui deviendra bientôt du même acabit dès que le prochain antivirus aura gentiment pris ses marques.


Dans tous les cas, les ours polaires l'ont dans le baba.


Oui mais comment ?


Ah. C'est là qu'on arrive au moment douloureux de cet article. Il est bel et bon de proclamer la méchanceté absolue de notre antivirus et de réclamer à corps et à cri sa désinstallation immédiate et irrévocable, mais maintenant que nous avons convaincu la foule se pose la question : comment ? Comment procède-t-on pour dégager l'importun à coup de pied bien senti ?


C'est plus facile à dire qu'à faire en vérité. L'antivirus étant probablement ce qui se fait de plus invasif en terme de logiciel, il est incrusté dans votre système à un niveau tel que même frotter abondamment à la javel n'en viendra pas à bout. Si vous avez installé vous même l'indésirable dans un moment d'insouciance, peut-être vous sera-t-il possible d'utiliser la procédure de désinstallation standard de tout logiciel (comme de cliquer avec beaucoup de pertinence sur "désinstaller" dans la liste des programmes), mais très honnêtement je n'y crois pas un instant. Il existe peut-être même des logiciels spécialisés dans le fait de désinstaller les antivirus, encore un marché en perspective pour les entrepreneurs audacieux, mais si on suit cette logique on n'en verra jamais le bout, surtout qu'on ne sait toujours pas quel tas de boue on est en train d'inviter à nouveau dans son petit chez soi.


Non, la seule solution raisonnable pour se débarrasser durablement d'un antivirus est de réinstaller entièrement le système. Ce qui, en soi, en dit long sur leur prétendue innocuité, puisqu'ils se répandent sans contrôle à travers toute votre machine sans possibilité de les rappeler à l'ordre. Alors, bien évidemment, on comprendra que nombre de personnes hésitent à franchir le cap qui les sépare de la félicité de l'ordinateur qui fonctionne comme il devrait, s'il faut en passer par une étape aussi radicale. Mais c'est aussi qu'on se fait une montagne de ce que signifie réinstaller un système d'exploitation en fait. Ca sera justement discuté dans la suite de notre dossier, car toujours dans l'idée de bien tomber, le mieux est encore de savoir réinstaller son système en un tour de main sans perdre ses précieuses données, ses cheveux qu'on arrache et un maximum de temps. En attendant, imaginez simplement le gain financier, environnemental et même de temps que cela vous fera faire si cela vous évite de courir les magasins pour changer votre machine pourtant toujours fringante malgré les assauts combinés des antivirus et virus que vous avez invités imprudemment.


Alors, si vous n'êtes pas encore en mesure de vous précipiter immédiatement pour dégager votre antivirus local sans cérémonie, restez attentif aux articles suivants de ce dossier qui vous permettront, entre autres merveilles, de lui mettre enfin la râclée qu'il mérite. Et en attendant cette suite palpitante, on profite des dernières heures de jour pour aller méditer ces réflexions bouleversantes au milieu des champs et des souris vertes !



>Voir le billet et ses commentaires...
 


Infos blog

Des Souris Vertes

Derniers billets

Polémiquons   06/03/2018
A bas le 'c'est pratique'
Le Petit Geste du Jour   04/02/2018
Le Petit Geste Du Jour : je me dirige sans GPS
Club de lecture   21/01/2018
Les souris vertes ont lu pour vous : l'économie symbiotique, d'Isabelle Delannoy
Le Petit Geste du Jour   05/01/2018
Les 5 gestes totalement vraiment incontournables de l'écologie numérique
Le Petit Geste du Jour   22/12/2017
Le Petit Geste de Noël : je ne renouvelle pas ma panoplie numérique
Dossier   16/12/2017
La Programmation Responsable (6) : des sites webs écologiques tu concevras
Dossier   07/12/2017
La Programmation Responsable (5) : les structures de données tu maîtriseras
Dossier   28/11/2017
La Programmation Responsable (4) : de spammer ta base de données tu cesseras
Dossier   18/11/2017
La Programmation Responsable (3) : de déléguer la programmation tu éviteras
Dossier   04/11/2017
La Programmation Responsable (2) : de ricaner en cours d'algorithmique tu arrêteras
Le Petit Geste du Jour   24/10/2017
Le Petit Geste Du Jour : je nettoie ma boîte de messagerie
Dossier   16/10/2017
La Programmation Responsable (1) : Ce dossier tu liras
Réseau   05/10/2017
Mes données dans le cloud : écologique ou pas ?
Dossier   26/09/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (8) : J'apprends à reconnaître et changer le matériel
Le Petit Geste du Jour   10/09/2017
Le Petit Geste De La Rentrée : j'arrête le streaming
Divers   25/05/2017
Les souris vertes s'invitent à la radio
Le Petit Geste du Jour   20/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : je change les réglages de mon appareil photo
Dossier   11/05/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (7) : Je réinstalle mon système tout seul comme un grand
Le Petit Geste du Jour   06/05/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'écris un haïku pour me détendre
Divers   14/04/2017
Cultiver l'attente...
Club de lecture   25/03/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : la convivialité d'Ivan Illich
Le Petit Geste du Jour   09/03/2017
Le Petit Geste Du Jour : j'enlève la signature automatique des messages
Polémiquons   27/02/2017
L'inquiétant mariage de la science et du numérique
Dossier   17/02/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (6) : J'adapte mon système à mes besoins
Club de lecture   12/02/2017
Les souris vertes ont lu pour vous : une question de taille, d'Olivier Rey
Le saviez-vous ?   21/01/2017
Le saviez vous ? La voiture est un ordinateur sur roues
Dossier   10/01/2017
Au secours, mon ordi est lent ! (5) : J'apprends à ne pas perdre mes données
Dossier   30/12/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (4) : Je nettoie Windows à grands jets
Polémiquons   23/12/2016
Le Petit Geste de l'Année : je ne commande rien d'électronique au père noël
Le Petit Geste du Jour   11/12/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise un bloqueur de publicités
Dossier   27/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (3) : J'apprends à ne pas polluer mon ordinateur
Dossier   14/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (2) : Je dégage l'antivirus à coup de pied
Dossier   05/11/2016
Au secours, mon ordi est lent ! (1) : les souris vertes à la rescousse
Le Petit Geste du Jour   23/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'utilise le mode avion même à pied
Système   16/10/2016
L'ordinateur portable est-il plus écologique ?
Le Petit Geste du Jour   02/10/2016
Le Petit Geste Du Jour : je gère la durée de vie de ma batterie
Club de lecture   17/09/2016
Les souris vertes ont lu pour vous : l'âge des low tech, de Philippe Bihouix
Système   21/08/2016
J'apprends à gérer mes mots de passe
Le Petit Geste du Jour   08/08/2016
Le Petit Geste Du Jour : j'arrête d'inclure les messages quand je réponds
Polémiquons   30/07/2016
Ecole et numérique font-ils bon ménage ?
Le Petit Geste du Jour   19/07/2016
Le Petit Geste du Jour : j'arrête d'écrire mes mails en HTML
Chamois d"or   10/07/2016
Le saviez vous ? Il est possible d'être informaticien sous Windows sans se pendre
Messagerie   04/07/2016
L'incarnation du mal : la pièce jointe dans les mails
Le Petit Geste du Jour   26/06/2016
Le Petit Geste Du Jour : Je réduis la luminosité de mon écran
Divers   18/06/2016
Stop à l'imprimante jetable
Dossier   12/06/2016
Grandeurs du monde numérique (6) : Réseaux en folie
Le Petit Geste du Jour   05/06/2016
Le Petit Geste du Jour : j'éteins ma box quand je ne m'en sers pas
Le saviez-vous ?   31/05/2016
Le saviez-vous : Google n'est pas le seul moteur de recherche ?
Dossier   25/05/2016
Grandeurs du monde numérique (5) : Dans la jungle des écrans
Le Petit Geste du Jour   20/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je mets mes sites favoris... en favoris
Le Petit Geste du Jour   15/05/2016
Le Petit Geste du Jour : je change la page de démarrage de mon navigateur
Dossier   14/05/2016
Grandeurs du monde numérique (4) : Les spectaculaires performances des jeux vidéos
Le saviez-vous ?   12/05/2016
Le saviez-vous : à quoi sert l'économiseur d'écran ?
Dossier   08/05/2016
Grandeurs du monde numérique (3) : Monsieur Herz mesure la solitude du processeur
Dossier   06/05/2016
Grandeurs du monde numérique (2) : Octets et compagnie, les rois du stockage
Dossier   05/05/2016
Grandeurs du monde numérique (1) : c'est gros, c'est petit ?
Divers   04/05/2016
Les souris partent à l'aventure


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Des Souris Vertes
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page